La commune de Suifenhe, dans la province du Heilongjiang, a décidé de confiner ses 70 000 habitants. Cette petite ville limitrophe de la Russie est état d’alerte face à l’arrivée de voyageurs contaminés par le nouveau coronavirus.

Cette ville est devenue l’un des principaux postes-frontières routiers avec la Russie depuis la suspension, fin mars 2020, par les autorités russes, de toutes les liaisons aériennes internationales.

Or de nombreux voyageurs présents sur le sol russe ont pris des vols intérieurs vers Vladivostok (à l’est du pays), pour ensuite rejoindre la ville de Suifenhe par la route, à 200 km de là.

Or depuis les quartiers ont été bouclés, un hôpital a été improvisé, et la frontière est fermée aux voyageurs. Cette décision fait suite aux dernières annonces de la Commission de la santé du Heilongjiang.

Cette dernière a fait état d’une hausse inquiétante du nombre de personnes contaminées arrivées dans la province depuis l’étranger : 25 mercredi 8 avril 2020, puis 40 jeudi 9 avril 2020. Tous sont des chinois venant de Russie.

L’épidémie de Covid-19 est endiguée en Chine, dont le nombre officiel de nouveaux décès y est de moins de cinq par jour, depuis une semaine. Mais les autorités craignent une seconde vague de contagion, en raison de la recrudescence des cas importés.

Toutefois, le nouveau coronavirus progresse en Russie, avec désormais près de 9 000 cas recensés et 63 morts. La situation s’est aggravée ces derniers jours, avec quelque 1 000 cas supplémentaires le 8 avril 2020.

En réaction, le maire de la commune de Suifenhe a fermé la frontière aux voyageurs, la maintenant toutefois ouverte aux marchandises, a indiqué, le 9 avril 2020. Suifenhe a également décidé, depuis le 8 avril 2020, de confiner l’ensemble de ses quartiers d’habitation.

Une mesure draconienne rappelant celle appliquée à Wuhan entre fin janvier et début avril 2020. Enfin, la commune est en train de construire un hôpital temporaire de 600 lits dans un bâtiment déjà existant, a indiqué l’agence de presse Xinhua.