Il désormais avéré que la fin de la politique de l’enfant unique ne va pas réduire le vieillissement de la population. D’ailleurs, « la population chinoise pourrait tomber à 600 millions d’individus, ou même moins, en 2100« , a indiqué Huang Wenzheng, chercheur en démographie et statistique, au journal économique Diyi Caijing.

D’après un article de la revue médicale The Lancet du 14 octobre, les chercheurs ont expliqué qu’en octobre 2015, « la politique de l’enfant unique a été remplacée par une politique universelle de deux enfants. Les effets de la nouvelle politique sont inévitablement spéculatives, mais les prévisions peuvent être faites en fonction des tendances récentes« .

 D’après l’étude intitulée « Les effets de la politique universelle des deux enfants« , la fin de la politique de l’enfant unique permettrait seulement de repousser le pic démographique de 6 ans. Ce pic de 1,45 milliard d’habitants devrait être atteint en 2029 au lieu de 1,4 milliard en 2024. De fait, cette nouvelle politique nataliste aurait très peu d’effets, même si elle permettra à presque tous les chinois d’avoir autant d’enfants qu’ils veulent.

En juillet 2016, Li Zhong, porte-parole du ministère des ressources humaines et de la Sécurité sociale avait indiqué lors d’une conférence de presse que son pays pourrait connaître « un déclin brutal » de sa démographie après 2030. Ainsi, le nombre de personne active pourrait passer de 911 millions en 2015 à seulement environ 700 millions en 2050, soit une chute de 23%.

« Sur le long terme, les analyses montrent que nous devons nous concentrer sur le développement des ressources humaines dans son ensemble et voir comment utiliser de manière plus efficace la main d’œuvre », a expliqué Li Zhong.

« Les avantages de la nouvelle politique comprennent une réduction importante des avortements issus de grossesses non approuvés, la quasi-élimination du problème des enfants non enregistrés, et un rapport de masculinité plus normal ». Ces effets devraient  améliorer la santé des femmes et des enfants, mais ils ne seront pas évidents sur la diminution croissante de la population active et le vieillissement rapide de la population » au cours des deux prochaines décennies.

Toutefois, le gouvernement devra instaurer des « actions politiques plus saines pour répondre aux besoins » médicaux des personnes âgées et au système de santé dans son ensemble. Pour Cheng Enfu, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales, la situation n’est pas dramatique, car « la Chine doit maîtriser sa population autour de 500 millions, pour atténuer efficacement l’énorme pression sur le marché du travail et les contradictions économiques ».