Lilongwe a accueillit le Forum pour l’investissement entre le Malawi et la Chine, au cours duquel le président Malawi, Peter Mutharika, a tenté de rassurer les investisseurs chinois, en leur garantissant la sécurité de leurs investissements et de leurs biens.

Les 21 et 22 juin, les 300 chefs d’entreprises du Malawi et de la province de l’Anhui ont échangé sur les opportunités possibles entre les deux pays. Peter Mutharika a d’ailleurs sollicité « les investissements directs dans l’agriculture, l’agro-industrie, l‘énergie, l’exploitation minière, les TIC, le tourisme, les infrastructures, l’industrie manufacturière, et beaucoup d’autres. Vous êtes venus au bon moment de notre histoire, soyez fiers de faire partie de notre vision« .

Mais pour inciter ces investissements, le chef de l’état a tenu à rassurer : « Rassurez-vous, mon gouvernement est prêt à assurer la sécurité de votre investissement, de votre vie et de vos biens. Cela inclut la flexibilité dans le rapatriement des bénéfices sans exploiter le Malawi« .

« Il y a beaucoup de possibilités d’investissement au Malawi. Le Malawi est un pays riche en ressources naturelles, en attractions touristiques et avec une météo agréable. Vous avez, ici, la meilleure météo du monde« , a indiqué l’ambassadeur de la Chine au Malawi, Shi-Tang Wang sur AfricaNews.

Cependant, pour Mike Mlombowa, président de l’association des Entreprises Indigènes du Malawi, « des mesures doivent être prises pour faire en sorte que des partenariats soient noués avec ces personnes qui viennent de Chine ».

En 2014, les deux pays avaient signé un accord de libre-échange portant sur la libre circulation des biens. Le ministre du commerce et de l’industrie, Joseph Mwanamvekha, avait indiqué que ce texte était une « avancée significative qui va élargir la base d’exportation du pays ».

En effet, celui-ci permet au Malawi d’exporter, « en franchise, nos principales cultures commerciales comme le tabac, le thé, la canne à sucre, le café et les légumes de même qu’une opportunité d’accroitre notre base d’exportation ». L’objectif était alors d’accroitre les échanges bilatéraux, qui s’élevaient en 2012 à 100 millions de dollars en 2012, soit un bond de 400% depuis 2010.

Face à ce nouvel élan, Peter Mutharika  a encouragé les investisseurs chinois à « construire un partenariat productif avec le secteur privé national, ajoutant que « le Malawi avait mis à jour la génération et la transmission de l’électricité, ce qui est le principal défi touchant le secteur industriel », d’après l’agence de presse, Xinhua.

De son côté, le chef de la délégation commerciale chinoise, Weiping Song, a affirmé que « le gouvernement provincial de l’Anhui va activement aider ses entreprises à entrer au Malawi ».

D’autant que le pays détient de nombreuses ressources naturelles, comme l’uranium, les terres rares, le tabac, et le pétrole. Son secteur des services est en pleine expansion et le pays peut compter sur le soutien des bailleurs de fonds, dont la Chine.