Désormais, à Hong Kong, les voyageurs en provenance de l’étranger devront passer trois nuits dans l’un des hôtels de quarantaine désignés par le gouvernement, avant de surveiller leur état de santé à la maison ou dans un hôtel de leur choix pendant quatre jours

«Nous espérons maintenir les activités primordiales et la compétitivité de Hong Kong, et donner à la société une vitalité économique et le meilleur élan pour son développement», a annoncé le 8 aoput le chef de l’exécutif de Hong Kong, John Lee.

Cette nouvelle mesure vise à réduire la quarantaine obligatoire en hôtel d’une semaine à trois jours pour les personnes arrivant de l’étranger. A partir du 14 août, les voyageurs en provenance de l’étranger devront passer trois nuits dans l’un des hôtels de quarantaine désignés par le gouvernement, avant de surveiller leur état de santé à la maison ou dans un hôtel de leur choix pendant quatre jours, a précisé John Lee.

Depuis plus de deux ans, Hong Kong est coupé du monde en raison d’une politique sanitaire draconienne dans le cadre de la politique « zéro-Covid » de la Chine. Appliquant des mesures sanitaires strictes, Hong Kong exige des voyageurs arrivant de l’étranger qu’ils respectent une quarantaine de sept jours à l’hôtel, et de plusieurs dépistages.

Le milieu des affaires a déploré la mise en place de cette politique qui empêche les employés de se rendre à l’étranger. De son côté, John Lee a rejeté l’idée que cet assouplissement signifie une rupture avec la politique chinoise.

« Il n’est pas contradictoire de rester en contact avec le monde extérieur et de travailler pour reprendre les voyages sans quarantaine avec la Chine continentale », a-t-il estimé.

Parallèlement à ces nouvelles règles de quarantaine, Hong Kong va mettre en place un système de code QR sanitaire similaire à l’application mise en place par le gouvernement chinois.

Avec ce système, une personne infectée recevra un code rouge l’empêchant de quitter son isolement. Les personnes arrivant de l’étranger auront un code jaune à l’issue de leur trois jours à l’hôtel et l’accès à certains lieux comme les restaurants, bars et cinémas leur sera interdit pendant les quatre jours d’auto-surveillance.

« La situation pourrait un peu soulager les voyageurs d’affaires, mais ce n’est toujours pas très attractif pour les touristes », a expliqué à l’Agence France Presse, Perry Yiu, député local chargé du secteur du tourisme. « J’espère (…) que nous pourrons nous débarrasser de la quarantaine obligatoire dans les hôtels d’ici le quatrième trimestre de cette année ».