Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a déclaré que la politique de son pays demeure cohérente à l’égard de Taïwan, caf l’Égypte soutient la politique d’une seule Chine.

Lors d’un discours prononcé devant des étudiants militaires, le président égyptien a affirmé que l’Égypte soutient la politique d’une Chine unique dans la mesure où cette dernière est dans l’intérêt de la sécurité et de la stabilité mondiale.

«Nous ne voulons plus de crises mondiales qui pourraient nous affecter tous. Nous avons des constantes dans notre politique étrangère. Elles ne changent pas. Nous tenons toujours à soutenir la stabilité régionale et internationale», a-t-il affirmé.

La visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a provoqué la colère de la Chine, qui considère que cette île fait partie de son territoire.

Lire aussiLa visite de Nancy Pelosi vivement critiquée par Wang Yi

Au lendemain de la visite de la représentante américaine à Taiwan, la Chine a entamé des exercices militaires sans précédent et elle a tiré plusieurs missiles près de Taïwan.

Lire aussi : Des manœuvres militaires entamée par la Chine près du détroit de Taïwan

En réponse à cette visite, la Chine a déclaré qu’elle suspendait les pourparlers avec les États-Unis dans un certain nombre de domaines, notamment en matière de changement climatique et de coopération militaire.

Lire aussi : La Chine a prit des contre-mesures » résolues, fortes et efficaces »

Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé qu’il mettait également fin aux communications avec les États-Unis sur la lutte contre la criminalité transnationale et le trafic de drogue. La rupture de ces échanges a été qualifié d’irresponsable par les États-Unis.

D’ailleurs, Washington a qualifié la démonstration de force de la Chine de «réaction excessive» et de «provocation», après que Pékin a lancé des missiles et stationné des avions de combat près de Taïwan en représailles à la visite de Nancy Pelosi sur l’île.

Le ministère taïwanais de la Défense a annoncé avoir envoyé des avions pour avertir les appareils chinois qui, selon lui, auraient violé la ligne médiane dans le détroit de Taïwan, une frontière non officielle entre les deux parties, et pénétré dans la zone de défense aérienne de l’île.