L’Assemblée nationale populaire a interdit ce lundi 7 novembre à deux députés indépendantistes de siéger au Parlement de Hong Kong, pour avoir délibérément mal prononcé leur prestation de serment, et refusé de prononcer correctement le mot « Chine ».

Le chef de l’exécutif Leung Chun-ying a annoncé qu’il respectera la décision de Beijing d’interdire de Parlement à Wai-ching et Baggio Leung, du mouvement Youngspiration.

Youngspiration parti politiqueDimanche, alors que des milliers de personnes manifestaient dans la rue, Qiao Xiaoyang, chef du Comité des affaires juridiques de l’Assemblée populaire nationale, a présenté un rapport sur les résultats d’un projet d’interprétation de l’Article 104 de la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong.

Lors de la réunion du président et des vice-présidents du Comité permanent de l’APN, les législateurs ont adopté la révision de l’article 104 de la Loi fondamentale de la RAS de Hong Kong.

Celle-ci stipule : « Au moment de la prise de fonctions, le chef de l’exécutif, les principaux responsables, les membres du conseil exécutif et du conseil législatif, les juges des tribunaux à tous les niveaux et les autres membres du corps judiciaire de la Région administrative spéciale de Hong Kong, doivent, conformément à la loi, jurer de respecter la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine et jurer allégeance à la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine« .

Leung Chun-ying a annoncé mettre en œuvre « complètement cette interprétation« , car « les mots, les actions qui violent délibérément (les termes de l’interprétation, nafp), qui violent la procédure de prestation de serment, ou même qui en profitent pour insulter le pays et le peuple chinois et prôner la sécession, doivent prendre fin conformément à la loi ».

Le conseil législatif (LegCo) de Hong Kong est depuis trois semaines en pleine crise politique, en raison du rejet de la prestation de serment des deux indépendantistes, au motif qu’ils s’étaient drapés dans une bannière proclamant que « Hong Kong n’est pas la Chine ».

Yau Wai-ching et Baggio Leung, élus en septembre, ont également refusé de prononcer correctement le mot « Chine », et utilisé des termes péjoratifs lors de la prononciation du  serment, stipulant que Hong Kong est une « région administrative spéciale de la république populaire de Chine ».

A l’annonce de l’intervention de Beijing, des manifestations ont eu lieu ce dimanche. Dans la soirée, la police hongkongaise a utilisé du gaz poivre pour tenter de disperser les manifestants qui tentaient de forcer le cordon de sécurité autour du bureau de liaison chinois, qui fait office d’ambassade de Chine continentale.

Les parapluies sont revenus pour se protéger des gaz, à l’instar des mobilisations en septembre/octobre 2014, qui avaient paralysé plusieurs quartiers de la ville pendant plus de deux mois.