La décision de la Chine d’imposer des sanctions contre d’anciens représentants de l’administration Trump est « contre-productive et cynique », a déclaré une porte-parole du Conseil de sécurité nationale de Joe Biden.

Cette dernière a appelé l’ensemble des américains, démocrates comme républicains, à condamner la Chine. Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé des sanctions contre 28 politiciens «anti-chinois» qui travaillaient sous l’ancienne administration, dont l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo, considéré comme « menteur et tricheur ».

Ministère des affaires étrangères à Beijing

Cette mesure a été qualifiée par des experts chinois de «démonstration vigoureuse et opportune de la ligne rouge que fixe Beijing dans la riposte contre les forces anti-chinoises».

Dans un communiqué publié par le ministère chinois des Affaires étrangères, après que Mike Pompeo a accusé la Chine de génocide des Ouïghours, le ministère a été reproché à Mike Pompeo et aux autres ex-représentants d’avoir pris « une série de mesures folles, interféré dans les affaires internes de la Chine (…) et gravement perturbé les relations sino-américaines ».

Les 28 anciens représentants et leurs familles ont interdiction de se rendre en Chine continentale, à Hong Kong ou Macao, et les transactions sont interdites avec des entreprises auxquelles ces ex-représentants sont liés.

« Imposer ces sanctions au jour de l’investiture semble une tentative de jouer sur les divisions partisanes », a déclaré dans un communiqué à l’agence de presse Reuters, Emily Horne, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison blanche.

« Les Américains des deux partis doivent critiquer cette mesure contre-productive et cynique », a ajouté Emily Horne. « Le président Biden est impatient de travailler avec les chefs de file des deux partis pour placer l’Amérique en position de supplanter la Chine ».

Antony Blinken, diplomate expérimenté choisi par Joe Biden pour le poste de secrétaire d’État, a déclaré lors d’une audition de confirmation devant une commission sénatoriale que la Chine représentait « sans aucun doute » le plus important défi pour les Etats-Unis et tout autre pays.