Le président américain Joe Biden dit avoir prévenu son homologue chinois Xi Jinping d’un risque de fuite des investisseurs si Pékin violait les sanctions imposées à la Russie, en raison de son invasion de l’Ukraine.

Dans un extrait d’interview de la chaîne CBS du 18 septembre, Jie Biden a indiqué avoir expliqué à Xi Jinping, lors d’un entretien téléphonique, que violer les sanctions serait « une erreur gigantesque« . Ce dernier a précisé qu’il n’y avait aucune indication pour le moment que la Chine ait soutenu activement l’effort de guerre russe en lui fournissant des armes.

En juilet, Joe Biden et Xi Jinping se sont entretenus au téléphone, pendant plus de deux heures, afin d’évoquer les relations tendues entre leurs deux pays. Il s’agissait du cinquième entretien virtuel entre les deux dirigeants depuis que Joe Biden a pris ses fonctions, en janvier 2021.

« J’ai appelé le président Xi – pas du tout pour menacer, juste pour lui dire (…) que si vous pensez que les Américains et d’autres vont continuer à investir en Chine alors que vous violez les sanctions imposées à la Russie, je crois que vous faites une erreur gigantesque », a déclaré le président américain.

Selon ce dernier, « pour le moment, il n’y a aucune indication qu’ils (les Chinois) aient proposé des armes ou d’autres choses dont la Russie a besoin ». Il a indiqué que l’alliance entre la Chine et la Russie n’implique pas que les Etats-Unis mènent un nouveau genre de guerre froide. « Je ne crois pas que ce soit une guerre froide nouvelle ou plus compliquée », a-t-il jugé.

De son côté, le conseiller d’État et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le 19 septembre à New York des représentants du Comité national sur les relations sino-américaines, du Conseil sino-américain des entreprises et de la Chambre de commerce des États-Unis.

Selon l’agence de presse Xinhua, le ministre chinois a considéré les relations sino-américaines comme étant à leur plus bas depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, raison pour laquelle « de nombreuses personnes redoutent que les deux pays n’entrent dans une nouvelle Guerre froide ».

Face à la montée des incertitudes sur les perspectives de ces relations, il a fait état de cinq « certitudes » concernant la Chine :

  • les perspectives de développement de la Chine sont certaines
  • la détermination de la Chine en matière de réforme et d’ouverture demeure certaine
  • la politique de la Chine envers les États-Unis est certaine via les trois principes que sont le respect mutuel, la coexistence pacifique et la coopération gagnant-gagnant entre les deux pays. « L’essentiel est que les États-Unis reviennent rapidement à une politique rationnelle et pratique envers la Chine », a-t-il souligné.
  • l’attitude de la Chine de poursuivre le renforcement de la coopération économique et commerciale entre les deux pays est certaine. Selon Wang Yi, « les deux parties devraient discuter au lieu de s’affronter, négocier au lieu de contraindre ».
  • la volonté de la Chine de mener à bien une coordination multilatérale avec les Etats-Unis est certaine