La Chine accuse certains pays d’être obsédés par la création de nouvelles alliances militaires, l’incitation au conflit, l’insistance sur la coopération sous-marine nucléaire.

La Chine a appelé les pays dotés des plus grands arsenaux nucléaires à œuvrer pour un monde sans armes nucléaires et a accusé certains pays, sans en nommer un seul, d’être obsédés par la création de nouvelles alliances militaires, l’incitation au conflit et l’insistance sur la coopération sous-marine nucléaire.

Geng Shuang, représentant permanent adjoint de la Chine auprès de l’ONU, a exhorté l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) à ce que les nations dotées des plus grands arsenaux nucléaires « s’acquittent sérieusement de leurs responsabilités spéciales et prioritaires et réduisent encore de manière significative et substantielle » leur nombre.

« Cela créera les conditions pour la réalisation éventuelle d’un désarmement nucléaire global et complet », a-t-il déclaré. Geng Shuang s’est exprimé lors d’une réunion de haut niveau organisée par l’AGNU pour marquer la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires, a rapporté le quotidien chinois Global Times.

« Au cours de la réunion, que l’interdiction complète et la destruction complète des armes nucléaires et l’établissement éventuel d’un monde exempt d’armes nucléaires servent les intérêts communs de l’humanité et constituent l’aspiration partagée de tous les pays », a-t-il déclaré.

Le représentant chinois a accusé certains pays d’être obsédés par « la concurrence stratégique des grandes puissances, renforçant constamment les alliances militaires, provoquant une confrontation entre les parties, faisant avancer le déploiement des forces stratégiques et insistant sur la coopération sous-marine nucléaire ».

L’année dernière, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont signé le traité AUKUS, en vertu duquel Canberra obtiendra des sous-marins nucléaires. La Chine a exprimé son opposition à une telle décision. Seul la Nouvelle-Zélande, un proche allié de Washington et de Canberra, a maintenu ses distances avec le mouvement nucléaire trilatéral.

Lire aussi : La Chine inquiète du transfert de matières nucléaires lié à l’accord AUKUS

« Ces actions aggravent le risque d’une course aux armements nucléaires et de la prolifération nucléaire, entravent les efforts internationaux de désarmement nucléaire et vont à l’encontre de l’objectif d’élimination des armes nucléaires et de construction d’un monde exempt d’armes nucléaires. Ils devraient être résiliés immédiatement », a déclaré Geng Shuang.

Ce dernier a déclaré que la Chine s’est « engagée à maintenir sa force nucléaire au niveau minimum requis pour la sécurité nationale », ajoutant que le pays « ne compare pas son apport, sa quantité ou son échelle avec d’autres pays, ni ne s’engage dans une course aux armements nucléaires avec un autre pays ».​​​​​​​