Les vaccins anti-COVID-19 Sinovac et Sinopharm devraient être inclus dans la liste des utilisations d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’ici la fin avril, bien que les experts de l’OMS aient souligné que les données sur les vaccins sur les personnes âgées manquent.

Lire aussi : Les vaccins chinois de Sinopharm et Sinovac sont sûrs

Vaccin du laboratoire SinoVac

Les fabricants chinois de vaccins Sinopharm et Sinovac ont présenté des données sur leurs vaccins anti-Covid-19 indiquant des niveaux d’efficacité qui seraient compatibles avec ceux requis par la norme de l’OMS. Cela signifie une efficacité d’environ 50% et de préférence proche ou supérieure à 70%, selon  le président du Groupe consultatif d’experts (SAGE), Alejandro Cravioto, cité par Reuters.

Pour Alejandro Cravioto, le SAGE espère émettre des recommandations sur ces vaccins chinois d’ici la fin avril, notant que les vaccins nécessiteraient d’abord d’être inscrits sur une liste d’utilisation d’urgence de l’OMS ou de ce que l’agence considère comme une autorité de réglementation stricte avant que les experts du SAGE puissent faire des recommandations à propos de leur utilisation.

Les producteurs chinois Sinopharm et Sinovac ont demandé à être inclus dans la liste des utilisations d’urgence de l’OMS, qui a envoyé des experts pour enquêter sur leurs ateliers de production à Beijing en février.

Les experts chinois estiment que le manque de données sur le groupe des personnes âgées ne devrait pas constituer un problème susceptible d’entraver le processus. Ces derniers attestent que les données que Sinopharm et Sinovac ont soumises à l’OMS étaient suffisantes, car basées sur leurs essais cliniques de phase III. A ce moment là des essais de phase III, il n’y avait pas autant de volontaires âgés.

Mais, jusqu’à présent, les vaccins chinois ont été utilisés dans de nombreux pays sur un grand nombre de personnes âgées, prouvant  leur efficacité et leur sécurité, a déclaré Zeng Guang, ancien épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies. Ce dernier a indiqué au Global Times que les suggestions de l’OMS méritent d’être prises en considération pour les producteurs chinois, car ils devraient apprendre à soumettre des données en temps opportun à l’avenir.

Vaccin de la société Sinopharm

De son côté, Yang Xiaoming, PDG du China National Biotec Group de Sinopharm, a déclaré que, par souci de sécurité, Sinopharm avait d’abord lancé des essais cliniques de phase III sur des personnes âgées de 18 à 59 ans, puis des essais sur des personnes âgées de 60 ans et plus et enfin sur les mineurs.

Mais, au fur et à mesure des évolutions des essais et de l’utilisation des vaccins, la Chine a étendu son programme national de vaccination aux personnes âgées de 60 ans et plus. De nombreux pays étrangers qui injectent les vaccins Sinopharm et Sinovac, notamment le Brésil, le Chili et la Turquie, ont aussi donné la priorité aux personnes âgées dans leurs campagnes de vaccination.

Lire aussi : Au Brésil, le vaccin chinois CoronaVac efficace à 50,38%

De fait, le PDG de Sinovac, Yin Weidong, a suggéré de donner la priorité aux personnes âgées atteintes de maladies chroniques dans les campagnes de vaccination, car les vaccins peuvent protéger efficacement ces personnes, considérées par le corps médical comme un groupe à haut risque d’infection.

Tao Lina, un expert en vaccins basé à Shanghai, a expliqué au Global Times lors de l’examen des vaccins chinois de l’OMS que la sécurité devrait être plus importante que l’efficacité, car l’efficacité peut être améliorée grâce à des procédures de vaccination. Par exemple, une troisième dose peut être administrée à des receveurs qui ne peuvent pas produire suffisamment d’anticorps après deux injections.

«En ce sens, Sinopharm et Sinovac mènent des recherches pour savoir si une troisième dose peut améliorer les niveaux d’anticorps et l’efficacité globale des vaccins contre le coronavirus, et l’efficacité des vaccins sur les séquences mutées», a indiqué le Global Times.