Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a exhorté le 16 janvier les Etats-Unis et le Japon à abandonner leur obsession de contenir et de réprimer la Chine et à cesser de dangereusement accroître leur présence militaire et de semer le chaos dans le monde.

Ces remarques font suite à un récent communiqué conjoint des dirigeants américain et japonais proclamant que la région indo-pacifique est confrontée à des défis provoqués notamment par des actions chinoises contraires à l’ordre international basé sur les règles.

Les États-Unis et le Japon saluent leur «alignement stratégique» face à la Chine

Les États-Unis et le Japon ont affiché le 11 janvier leur «alignement stratégique» en matière de défense face aux inquiétudes croissantes vis-à-vis de la Chine et des tensions autour de Taïwan et la Corée du Nord.

«Nous sommes d’accord pour dire que la Chine pose le défi stratégique le plus important» au Japon et aux Etats-Unis, a affirmé le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

Ce dernier s’est entretenu à Washington avec son homologue japonais Yoshimasa Hayashi, ainsi que les chefs de la défense américain et nippon. Lors d’une conférence de presse commune, Antony Blinken a assuré que les États-Unis «accueillaient chaudement» la nouvelle posture de défense japonaise. Il a précisé que l’accord de sécurité et de défense entre le Japon et les Etats-Unis s’appliquait également à l’espace.

De son côté, le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, a annoncé le déploiement d’ici 2025 d’une force de réaction rapide des Marines dans l’île japonaise d’Okinawa pour renforcer la défense du Japon, qui s’inquiète de plus en plus des activités de la Chine dans la région.

«Nous allons remplacer un régiment d’artillerie par cette force qui sera plus létale et plus mobile», a déclaré Lloyd Austin lors de cette conférence de presse. Il a estimé que cette force «contribuera d’une façon majeure à améliorer la défense du Japon et à promouvoir une région Indo-Pacifique libre et ouverte», l’expression communément utilisée aux États-Unis pour désigner l’Asie-Pacifique.

Consolidation de l’alliance Japon/Etats-Unis

À Washington, les ministres se sont félicités de cette «alliance modernisée» face à une nouvelle ère «de compétition stratégique avec la Chine», selon le chef de la diplomatie japonaise.

Lire aussi : Les dirigeants de la Chine et du Japon veulent apaiser les tensions

Le «comportement belliqueux croissant» de la Chine nécessitent «de montrer que vous avez les moyens de dissuader tout adversaire potentiel», avait assuré avant la rencontre un haut diplomate américain sous couvert d’anonymat.

«Les Japonais ne veulent pas se lancer sur le chemin de l’armement nucléaire et ce n’est pas quelque chose que nous soutiendrions non plus, mais avoir la capacité de riposter, ça c’est de la dissuasion», a-t-il dit.

Le 14 janvier, le Premier ministre Kishida Fumio et le président Joe Biden ont annoncé leur intention d’approfondir davantage l’alliance entre les deux pays dans un contexte de fortes tensions internationales.

« Je tiens à être très clair: Les Etats-Unis sont totalement, entièrement, complètement dévoués à l’alliance », a déclaré Joe Biden. DE son côté, Fumio Kishida a indiqué que « le Japon et les Etats-Unis sont actuellement confrontés à l’un des environnements les plus complexes et difficiles en matière de sécurité », remerciant les Etats-Unis pour leur travail concernant la sécurité régionale.

Une « hideuse stratégie » americano-japonaise pour la Chine

« Cette hideuse stratégie conjointement utilisée par le Japon et les Etats-Unis pour noircir l’image de la Chine, s’ingérer dans ses affaires intérieures et contenir son développement est dangereuse et hypocrite. Nous nous y opposons fermement et avons entrepris des démarches fortes », a déclaré le porte-parole Wang Wenbin lors d’une conférence de presse régulière.

Les actions du Japon poussent les gens à se demander s’il est en train d’abandonner le développement pacifique de l’après-guerre et font craindre le risque croissant que l’histoire se répète, a indiqué Wang Wenbin.

« Notre message au Japon est que quiconque cherche à mettre en péril la sécurité et la stabilité de l’Asie-Pacifique sera rejeté et repoussé par les pays de la région », a expliqué le porte-parole. « Nous ferons le nécessaire pour défendre résolument nos intérêts en matière de souveraineté, de sécurité et de développement », a déclaré le porte-parole.

En réponse à un communiqué conjoint publié à la suite du récent Comité consultatif de sécurité américano-japonais (« 2+2 »), Wang Wenbin a indiqué qu’il contenait des récits déformés et trompeurs visant à justifier la militarisation en faisant un battage autour de la soi-disant « menace nucléaire de la Chine ».

« Nous avons toujours maintenu nos capacités nucléaires au niveau minimum requis par la sécurité nationale. Aucun pays n’a de raison de s’inquiéter d’être menacé par les armes nucléaires de la Chine tant qu’il n’en utilise pas contre celle-ci. C’est la transparence la plus significative qu’un pays puisse offrir », a déclaré le porte-parole.

En réalité, ce sont les évolutions négatives aux Etats-Unis et au Japon en matière de désarmement et de non-prolifération nucléaires qui requièrent la vigilance de la communauté internationale, a assuré Wang Wenbin.

« Les Etats-Unis ont développé des armes nucléaires de faible puissance, abaissant le seuil d’utilisation des armes nucléaires, tandis que le Japon se tient confortablement sous le « parapluie nucléaire » américain, allant jusqu’à s’opposer et à nuire aux efforts de pousser les Etats-Unis à renoncer à leur politique d’utilisation en premier des armes nucléaires », a ajouté ce dernier.

« Nous exhortons les Etats-Unis et le Japon à abandonner la mentalité de guerre froide et la confrontation des blocs, à remplir leurs obligations de désarmement nucléaire et de non-prolifération en toute bonne foi, et à renforcer leur rôle dans le maintien de la paix et de la stabilité régionales et internationales », a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise.