De Project Syndicate, par David Sainsbury – Au cours des 25 dernières années, les taux de croissance relatifs des principales économies mondiales ont radicalement changé. Six pays en développement en particulier – la Chine, la Corée du Sud, l’Inde, la Pologne, l’Indonésie et la Thaïlande – ont connu une croissance extrêmement rapide au cours de cette période. En revanche, les pays riches du G7 ont connu un ralentissement de la croissance de la productivité du travail, et leur part combinée du PIB mondial est passée de deux tiers à la moitié.

La théorie de la croissance néoclassique, qui a dominé la pensée économique au cours de cette période, n’a pas pu expliquer ce retournement de fortune. Pour quiconque a vu les entreprises sud-coréennes et chinoises triompher sur un marché mondial après l’autre, il est difficile de croire que les pays occidentaux seront en mesure de rivaliser plus efficacement à l’avenir simplement en rendant leurs propres marchés plus efficaces.

Si le monde développé veut accroître sa compétitivité, nous devons, en Occident, adopter une nouvelle pensée économique. Cela signifie acquérir une meilleure compréhension du processus de croissance et utiliser ces connaissances pour élaborer des politiques susceptibles de l’accélérer. De plus, nous ne devons pas penser que nous pouvons acquérir ces connaissances en construisant des modèles mathématiques de plus en plus complexes et irréalistes.

Un bon point de départ est la mesure de la richesse nationale et le fait que le PIB par habitant d’un pays est simplement la somme de la valeur ajoutée par habitant de toutes ses organisations économiques, principalement des entreprises.

Nous devons ensuite nous demander comment les entreprises augmentent leur valeur ajoutée par habitant. Dans le monde observable, plutôt que dans le monde de la concurrence parfaite adopté par les économistes néoclassiques, les entreprises peuvent le faire de deux manières. Ils peuvent augmenter leur efficacité de production, comme Henry Ford l’a fait lorsqu’il a commencé à utiliser une chaîne de montage pour fabriquer des voitures, ou augmenter l’avantage concurrentiel de leurs produits, comme l’a fait Steve Jobs lorsqu’il a développé l’iPhone d’Apple.

Ford et Steve Jobs ont tous deux accru la compétitivité de leurs entreprises en innovant. Des pays comme la Chine et Singapour ont fait de même, aidés par les enseignements des économies plus avancées. Tous deux se sont déclarés pays de l’innovation et ont placé l’innovation au cœur de la politique gouvernementale.

Les pays occidentaux doivent donc comprendre trois choses en particulier. Premièrement, ils doivent augmenter leur taux d’innovation afin de mieux concurrencer les économies émergentes à croissance rapide. Cela les obligera à élaborer des politiques qui renforcent les systèmes nationaux d’innovation, d’éducation et de formation, et à améliorer la gouvernance et le financement de leurs entreprises. Les politiques au niveau municipal et régional devraient soutenir ces objectifs.

Deuxièmement, l’Occident doit comprendre qu’il existe une échelle mondiale de développement économique, dont les échelons représentent des niveaux croissants de complexité organisationnelle et technologique et de valeur ajoutée par habitant. Il est difficile pour une entreprise d’obtenir un avantage concurrentiel dans des activités telles que la fabrication de vêtements bon marché et l’assemblage de composants électroniques, ce qui se traduit par une faible valeur ajoutée par habitant, et donc des salaires et traitements bas. En revanche, les entreprises dans des secteurs tels que l’aérospatiale et les produits pharmaceutiques peuvent acquérir des avantages compétitifs importants, conduisant à une valeur ajoutée par habitant élevée et, par conséquent, à des salaires et traitements élevés.

Les pays en développement gravissent rapidement les échelons et sont de plus en plus en concurrence directe avec les économies développées. Ces derniers doivent donc innover rapidement à la fois pour augmenter la valeur ajoutée de leurs industries actuelles et pour s’orienter vers de nouveaux secteurs à forte valeur ajoutée.

Enfin, les entreprises et les décideurs occidentaux doivent comprendre que la concurrence de leurs pays avec la Chine et les autres puissances économiques montantes est désormais une «course vers le haut», et non une «course vers le bas» dans laquelle la main-d’œuvre bon marché et un taux de change «favorable» sont considéré comme le meilleur moyen d’atteindre et de maintenir la compétitivité.

Si les pays développés peuvent gravir les échelons du développement économique en innovant et en créant de nouveaux produits et services à forte valeur ajoutée tout en cédant des domaines d’activité à plus faible valeur ajoutée aux pays en développement, alors tous peuvent augmenter leur niveau de vie national de la même manière. temps. Si la tarte est plus grande, tout le monde peut avoir une tranche plus grande.

Certes, la stabilité macroéconomique et l’efficacité des marchés, qui sont au cœur de la pensée économique néoclassique, restent des conditions essentielles de croissance. Mais ils ne le conduisent pas. Si nous, en Occident, voulons concurrencer efficacement la Chine et d’autres pays asiatiques à croissance rapide, nous devons comprendre que l’innovation est le moteur de la croissance et que les gouvernements doivent la placer au centre de leurs politiques économiques.

David Sainsbury, membre de la Chambre des Lords britannique et ministre de la Science et de l’Innovation de 1998 à 2006, est l’auteur de Progressive Capitalism: How to Achieve Economic Growth, Liberty, and Social Justice.