Le gouvernement chinois a signé un mémorandum d’entente avec Singapour, afin de renforcer la coopération dans les certificats électroniques des navires.

L’objectif est d’augmenter l’efficacité du dédouanement, selon le ministère chinois des Transports. D’après Cao Desheng, un responsable du ministère, « l’adoption d’un certificat électronique peut réduire la charge des entreprises de transport maritime et augmenter l’efficacité du dédouanement et de l’application de la loi portuaire ».

Les autorités maritimes chinoises et singapourienne ont convenu de coopérer dans la délivrance, l’utilisation et l’acceptation des certificats électroniques. Il s’agira aussi d’explorer conjointement des moyens de promouvoir l’utilisation de ces accréditations dans le dédouanement, ainsi que dans la supervision portuaire et l’inspection des navires sur la base de l’échange bilatéral de données.

« Cette coopération est un projet de démonstration pour promouvoir la construction de la Route de la soie maritime du 21e siècle et renforcer la connectivité entre les deux pays », a expliqué Cao Desheng.

« Nous oeuvrerons ensemble pour bâtir une relation commerciale et économique maritime bilatérale plus substantielle et diriger et promouvoir conjointement l’application des certificats électroniques dans l’industrie mondiale du transport maritime », a-t-il ajouté.

D’ailleurs, un corridor commercial entre la Chine et Singapour a été mit en place reliant 155 ports de 71 pays et régions du monde, raccordant la Ceinture économique de la Route de la soie et la Route de la soie maritime du 21ème siècle.

Le nouveau Corridor commercial international terre-mer est « un passage commercial et logistique construit conjointement par les provinces de l’ouest de la Chine et les pays de l’ASEAN dans le cadre de l’initiative de démonstration sur la connectivité stratégique Chine-Singapour (Chongqing) », selon les autorités chinoises.