De notre stagiaire Lilian Armand – Selon les données satellitaires de la NASA, environ un quart des nouveaux espaces verts aménagés dans le monde entre 2000 et 2017 sont le fruit d’une contribution de la Chine, plaçant ainsi le pays en tête de peloton. Les chercheurs supposent que cela résulte des performances exceptionnelles affichées par la Chine en matière de boisement et d’agriculture intensive.

Des chercheurs, provenant d’agences telles que la NASA, ont publié un article dans le nouveau numéro de la revue « Nature and Sustainable Development », analysant les observations des satellites « Terra » et « Arka ». Il a été constaté, dans l’article, une croissance de 5% des espaces verts dans le monde entre 2000 et 2017. La Chine et l’Inde, où la végétation terrestre ne représente que 9% du total mondial, ont contribué à un tiers de la croissance du verdissement mondial.

Parmi les pays y ayant contribué, la part de la Chine est d’environ un quart. L’analyse révèle que 42% de la contribution de la Chine sont issus du boisement et 32% de l’agriculture intensive. Concernant l’Inde, 82% de sa contribution provient de l’agriculture intensive, celle-ci permettant d’exploiter plus de cultures sur une même parcelle.

L’un des auteurs de l’article, Rama Nemani du Ames Research Center affilié à la NASA, après avoir observé une croissance de la superficie boisée de la Terre, les chercheurs ont d’abord pensé que la principale raison était que des facteurs environnementaux tels que le réchauffement climatique favorisaient la croissance des plantes. Cependant l’analyse des données satellitaires a montré que les activités de verdissement effectuées par l’Homme contribuaient en grande partie également.

Les chercheurs ont déclaré que la Chine et l’Inde sont des pays à très forte densité démographique. Certaines personnes s’inquiètent de l’exploitation excessive des terres par de tels pays du fait d’une éventuelle dégradation des terres. Par conséquent, cette étude s’avère des plus surprenante.

L’analyse montre qu’en ce qui concerne la superficie consacrée aux cultures, la Chine et l’Inde n’ont pas beaucoup changé au cours des dix dernières années, mais les superficies vertes et la production alimentaire des deux pays ont considérablement augmenté. Cela dit, les espaces verts et la production alimentaire des deux pays ont connu une hausse considérable.

Malgré une augmentation de l’espace vert total au cours des dernières années, les chercheurs veulent nous rappeler qu’il ne faut pas être trop optimistes. D’une part les futurs changements apportés aux espaces verts seront affectés par divers facteurs tels que l’épuisement des nappes phréatiques à certains endroits. Un épuisement pouvant entraîner une diminution de la surface des espaces verts.

Par ailleurs, il y a encore de nombreux endroits où les forêts tropicales disparaissent peu à peu. L’impact écologique en résultant s’avère difficile à compenser par le biais d’aménagements d’espaces verts en d’autres lieux. Par conséquent, les populations doivent en permanence faire attention à la protection de l’environnement.