La Chine a perdu ce 3 août 2018 sa place de deuxième marché boursier mondial, en termes de valorisation totale de ses places boursières, pour la première fois depuis 2014.

Le conflit commercial avec les Etats-Unis et l’essoufflement économique de la seconde puissance économique mondiale pèsent sur ses performances. Les chiffres de l’agence de presse Bloomberg ont montré que la valeur cumulée des places boursières chinoises a glissé au cours des échanges matinaux, à environ 6.090 milliards de dollars (5 237,4 mds €).

Cette rétrogradation s’explique par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires et l’intensification du conflit douanier entre Washington et Beijing. L’indice composite de la Bourse de Shanghai a chuté de plus de 16% depuis le début du mois de janvier 2018, soit l’une des pires performances de l’année parmi les grandes Bourses mondiales.

D’après les analystes interrogés par Bloomberg, les places chinoises, dominées par des investisseurs individuels et des boursicoteurs imprévisibles, sont extrêmement volatiles et sensibles aux fluctuations de l’actualité.

A cela s’ajoute une conjoncture économique morose, attestant d’un essoufflement de l’activité, alors que le gouvernement durcit les règles du crédit, et la chute récente du yuan.

A la fin de l’année 2014, la Chine était devenue pour la première fois le second marché boursier international en valeur cumulée, juste derrière les Etats-Unis. Le marché boursier chinois avait fortement grimpé en 2014 et 2015 jusqu’à atteindre à son record avec une valeur cumulée de 10.000 milliards de dollars (86 mds €), avant de chuter lourdement lors du krach de l’été 2015, d’environ 40% de la Bourse de Shanghai.