Source CGTN – Avec l’impact durable de la pandémie de COVID-19 et les retombées négatives de la situation en Ukraine, l’économie mondiale, qui a déjà montré les signes d’une perte de vitesse, fait face à l’incertitude.

La poursuite du resserrement budgétaire et monétaire pour faire baisser l’inflation dans plusieurs pays, associée à des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et à une baisse de la production industrielle, assombrit encore les perspectives économiques mondiales.

L’Institut de la finance internationale, basé à Washington, prévoit que la croissance économique mondiale sera faible mais nettement positive à hauteur d’environ 1,2% en 2023, et que la baisse de confiance des consommateurs et des entreprises entraînera un recul de 2% de la croissance annuelle moyenne du PIB en Europe.

Confrontée à de multiples défis, la Chine a su maintenir la stabilité de son économie durant la pandémie. Elle a fait partie des premiers pays à reprendre le travail et à rouvrir ses entreprises en 2020, et est devenue la seule économie majeure à obtenir une croissance positive cette année-là.

«La Chine a réussi à minimiser l’impact de la pandémie sur ses chaînes d’approvisionnement et ses opérations commerciales», a déclaré le professeur Liu Bin de l’Institut chinois de recherches sur l’OMC de l’Université de commerce international et d’économie de Beijing.

«En raison du rôle important de la Chine dans le commerce mondial, ses mesures optimisées et ses récents ajustements dans la réponse à la pandémie pourraient revitaliser l’économie mondiale et lui donner un coup de fouet opportun.»

La Chine a met fin à ses exigences de quarantaine pour les arrivées internationales le 8 janvier. Cette décision constitue l’une des dernières étapes dans la réouverture du pays.

Les recherches de destinations transfrontalières populaires ont été multipliées par dix dans la demi-heure qui a suivi l’annonce concernant l’assouplissement des restrictions liées aux déplacements. Au même moment, les recherches de billets d’avion et d’hôtels internationaux ont atteint un pic depuis trois ans, selon les données de la plateforme de voyage chinoise Ctrip.

M. Liu a déclaré auprès de CGTN que «la croissance chinoise allait rebondir en 2023 après la redéfinition des politiques concernant l’épidémie.»

M. Liu a ajouté que le rebond devrait être plus rapide sur le marché intérieur que sur le marché international, et qu’il était essentiel pour renforcer la confiance dans la reprise économique mondiale.

Les institutions financières étrangères ont également exprimé leur optimisme à l’égard de l’économie chinoise suite à l’optimisation des mesures de prévention de la pandémie par le pays. Les prévisions de J.P. Morgan Asset Management montrent que la croissance du PIB de la Chine devrait subir un rebond de 5,4% en 2023. En parallèle, selon les analystes de la banque d’investissement américaine Goldman Sachs, les perspectives économiques globales sont positives malgré une augmentation des cas de contamination.

Les entreprises étrangères restent enthousiastes à l’idée d’investir en Chine malgré le contexte de la COVID-19, les investissements directs étrangers en Chine continentale ayant augmenté de 17,4% en glissement annuel pour atteindre 168,3 milliards de dollars au cours des 10 premiers mois de 2022, selon le Ministère du commerce.

Dans un rapport publié en septembre 2022 par la Chambre de commerce américaine du Sud de la Chine, 76% des entreprises américaines ont déclaré qu’elles réinvestiraient en Chine d’ici fin 2022 pour développer leurs activités existantes.

«En fin de compte, travailler ensemble est le chemin vers l’avenir», a déclaré Harley Seyedin, président de la Chambre de commerce américaine du Sud de la Chine, ajoutant que la Chine continuera à prospérer d’une manière pacifique qui contribuera au reste du monde.

Au même moment, les investissements directs étrangers en Chine continentale venant d’Allemagne ont augmenté de 30,3% en glissement annuel au cours des huit premiers mois de 2022, et les investissements cumulés dans les deux sens ont dépassé 55 milliards de dollars, selon les données du Ministère du commerce chinois.

Lors de la visite du chancelier allemand Olaf Scholz en Chine en novembre 2022, une centaine d’hommes d’affaires allemands ont demandé à se joindre à lui. Douze de ces cadres ont été autorisés, dont des représentants de Siemens, Merck, Deutsche Bank et BioNTech.

En tant que partenaire commercial le plus important de l’Allemagne depuis six ans, la Chine a attiré des investissements accrus de la part des entreprises allemandes en 2022.

En septembre, le groupe chimique allemand BASF a ouvert une usine à Zhanjiang, sur la côte ouest de la province du Guangdong, dans le cadre de son investissement pouvant atteindre 10 milliards d’euros (10,68 milliards de dollars) d’ici 2030.

Selon une déclaration de l’entreprise, la première usine produira 60 000 tonnes par an de composés plastiques techniques destinés aux industries automobile et électronique.

En octobre, Volkswagen a déclaré qu’elle investirait environ 2,4 milliards d’euros (2,6 milliards de dollars) dans une coentreprise en Chine pour accroître l’efficacité de la conduite automatisée. BMW a annoncé un investissement de 10 milliards de yuans (1,4 milliard de dollars) en novembre pour développer sa production de batteries pour véhicules électriques en Chine.

La Chine a conservé son attrait auprès des investisseurs étrangers, car elle continue d’élargir l’accès au marché et à rationaliser les processus d’investissements étrangers. La Loi sur les investissements étrangers a pris effet en 2020 pour protéger les droits et les intérêts des investisseurs étrangers.

Par exemple, la loi exige que le gouvernement mette en place un système de services pour fournir aux entreprises à capitaux étrangers des conseils et des services concernant, entre autres, les lois, la réglementation et les informations sur les projets d’investissement.

Au cours des 11 premiers mois de 2022, le commerce de marchandises de la Chine a augmenté de 8,6% en glissement annuel pour atteindre 38,34 billions de yuans (7,47 billions de dollars), selon l’Administration générale des douanes.

«En tant que foyer de chaînes d’approvisionnement mondiales vitales, la résilience des exportations de la Chine a amélioré la stabilité de la chaîne d’approvisionnement mondiale», a déclaré M. Liu, ajoutant qu’en termes de demande intérieure, le vaste marché chinois contribuerait à stabiliser le marché mondial des exportations.