Suite aux informations selon lesquelles la Chine a déployé un logiciel de surveillance des personnes mises en quarantaine et suivre la propagation du coronavirus (Covid-19), le cabinet GlobalData a indiqué que cette situation pourrait freiner les investissements étrangers.

Stuart Ravens, analyste en chef chez GlobalData, société leader dans le domaine des données et de l’analyse, a expliqué la complexité croissante des affaires en Chine après Covid-19.

D’après ce dernier, «au lendemain de Covid-19, l’objectif principal de la plupart des entreprises sera de réduire les coûts partout où elles le pourront. Certains souhaiteront peut-être accélérer le passage aux régions à moindre coût. La croissance économique de la Chine a été soutenue par le fait d’être l’usine du monde».

Cependant, les récentes annonces selon lesquelles les patients asymptomatiques seront désormais ajoutés aux statistiques d’infection, pourraient être un autre clou dans le cercueil pour les investissements étrangers post-Covid-19.

En effet, les informations sur l’évolution de la pandémie sont « loin d’être clairs et les entreprises ne voudront pas risquer d’exposer leur personnel à l’infection lorsque les interdictions de voyager seront levées ».

« Les préoccupations des investisseurs potentiels ne s’arrêtent pas là. Le verrouillage de la Chine a révélé la dépendance excessive de nombreuses entreprises envers la Chine, ce qui entraînera probablement une diversification de la fabrication mondiale, loin de la Chine », a expliqué l’analyste.

De plus, le système de sécurité sociale de la Chine deviendra obligatoire cette année et rendra les affaires en Chine encore plus complexes, subtiles et politiquement sensibles. Cela pourrait entraîner des sanctions et des récompenses non liées aux entreprises pour les entreprises étrangères et les personnes qui les dirigent, tout en les rendant essentiellement des livres ouverts au gouvernement chinois, a assuré GlobalData.

« Les lois chinoises sur la cybersécurité donnent à l’État un accès aux fichiers, contrats, droits d’auteur, statistiques commerciales et enregistrements téléphoniques, sans qu’il soit nécessaire de demander la permission. Ces données, ainsi que d’autres données provenant de l’infrastructure de surveillance omniprésente de la Chine, seront intégrées dans un système centralisé et utilisées pour quantifier les codes moraux ou les classements de la sécurité sociale des entreprises et de leurs employés clés, et les récompenser et les punir en conséquence », a détaillé l’analyste.

De ce fait, Stuart Ravens a expliqué que « des millions de Chinois ont été interdits de voyager dans les trains et les avions, d’autres ont obtenu l’admission de leurs enfants dans les écoles de leur choix ».

«Avec des rapports Covid-19 transparents, des problèmes de chaîne d’approvisionnement, une approche éthiquement douteuse du contrôle citoyen et des approches autoritaires de la divulgation des informations sur les sociétés étrangères, la Chine semble beaucoup moins attrayante pour les investissements étrangers», a conclu l’analyste.