La langue jin ou jin yu ou jinyu (晋语 : Jìn yǔ), est une langue chinoise de la famille des langues sino-tibétaines.

Auparavant considéré comme un parent du dialecte mandarin ganhua, mais est aujourd’hui considéré comme une variété de chinois à part entière. La langue jin n’a pas de forme écrite spécifique, le baihua (chinois vernaculaire) est désormais utilisé.

La langue jin possède assez de spécificités pour être qualifiée de langue distincte du mandarin par certains linguistes.

Issue de la province du Shanxi et de la région autonome de Mongolie-Intérieure, la langue jin apparient aux différents dialectes du nord de la Chine.

Cette spécificité linguistique serait due à l’isolement géographique relatif de la province du Shanxi. .

En effet, la province est essentiellement constituée d’un plateau entouré de chaînes de montagnes, cela a pu engendrer une différenciation linguistique importante par rapport aux dialectes du mandarin environnants.

La langue jin est distingué en 9 différents dialectes :

  1. Bingzhou (并州方言/並州方言/Bìngzhōu fāngyán), parlé au Shanxi central, dont Taiyuan
  2. Lüliang (吕梁方言/呂梁方言/Lǚliáng fāngyán), parlé dans l’est du Shanxi et au nord du Shaanxi
  3. Shangdang (上党方言/上黨方言/Shàngdǎng fāngyán), parlé au sud-est du Shanxi
  4. Wutai (五台方言/五台方言/Wǔtái fāngyán), parlé en certaines parties du Shanxi septentrional et de Mongolie-Intérieure
  5. Datong-Baotou (大同-包头方言/大同-包頭方言/Dàtóng bāotóu fāngyán), parlé en certaines parties du Shanxi septentrional et en Mongolie-Intérieure centrale
  6. Zhangjiakou-Hohhot (张家口-呼和浩特方言/張家口-呼和浩特方言/Zhāngjiākǒu Hūhéhàotè fāngyán), parlé au nord-ouest du Hebei et en certaines parties du la Mongolie-Intérieure (Hohhot, Ordos).
  7. Handan-Xinxiang (邯郸-新乡方言/邯鄲-新鄉方言/Hándān Xīnxiāng fāngyán), parlé au sud-est du Shanxi, au Hebei méridional et au Henan septentrional
  8. Zhidan-Yanchuan (志丹-延川/志丹-延川/Zhìdān Yánchuān)
  9. Bayan-Nao’er (巴彦淖尔方言/巴彥淖爾方言/Bāyàn Nào’ěr fāngyán)

Contrairement à de nombreuses variétés de mandarin, la langue jin utilise le coup de glotte. Cela signifie que la langue jin utilise une consonne pour laquelle l’air doit être bloqué par la bouche, la glotte ou le pharynx au moment de l’articulation pour être prononcée.

Ceci est en particulier fréquent en d’autres langues chinoises du sud de la Chine. La langue jin a également gardé le ton d’entrée, qui va généralement de pair avec le coup de glotte.

Le Jin utilise un sandhi tonal plus complexe qu’en mandarin, où le ton change lorsque certains mots sont utilisés dans une phrase. Le sandhi tonal de la langue Jin est remarquable pour deux traits parmi les langues chinoises :

  • le fonctionnement du sandhi tonal dépend de la structure grammaticale des mots mis ensemble. Par conséquent, les changements qui affectent un composé nom-adjectif peuvent être différents de ceux qui affectent un composé verbe-adjectif.
  • il y a des tons qui ont une tonalité donnée lorsque les mots sont prononcés seuls, mais qui se comportent différemment (et qui sont par conséquent différenciés) au cours du sandhi tonal.

La langue Jin emploie facilement des préfixes tels que 圪 /kəʔ/, 忽 /xəʔ/, and 入 /zəʔ/, en différentes constructions dérivatives.

Par exemple : 入鬼 « vagabonder » < 鬼 « esprit, diable »

De plus, il existe de nombreux mots de jin qui ont évolué en transformant un mot monosyllabique en un bisyllabique.

Par exemple :
pəʔ ləŋ < 蹦 pəŋ « houblon »
tʰəʔ luɤ < 拖 tʰuɤ « ramasser »
kuəʔ la < 刮 kua « racler »
xəʔ lɒ̃ < 巷 xɒ̃ « rue »

Un processus similaire existe en mandarin (par exemple 窟窿 kulong < 孔 kong), mais il est particulièrement fréquent en langue jin.

Source principale Wikipedia