L’association islamique de la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) a publié un rapport sur la liberté de croyance religieuse dans la région.

Mausolée d’Abakh Khoja, Xinjiang

Ce rapport répond aux accusations du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, qui a accusé la Chine, lors d’une visite à Jakarta : «La menace la plus grave envers l’avenir de la liberté religieuse est la guerre menée par le Parti communiste chinois contre les personnes de toutes croyances : musulmans, bouddhistes, chrétiens et adeptes de Falun Gong».

Lire aussi : La Chine est «la menace la plus grave» envers la liberté religieuse pour Mike Pompeo

L’association a indiqué dans son rapport que « certaines forces anti-chinoises des Etats-Unis et d’autres pays occidentaux ont répandu sans raison des idées fausses selon lesquelles le Xinjiang restreint la liberté de croyance religieuse et démolit les mosquées par la force ».

« Au mépris des faits, ces allégations sans fondement ont gravement blessé les sentiments des musulmans au Xinjiang et suscité une forte indignation et une forte opposition« , a déclaré l’association islamique du Xinjiang dans son rapport.

Cette dernière a indiqué que « le droit à la liberté de croyance religieuse au Xinjiang est pleinement garanti et les activités religieuses normales sont menées de manière ordonnée », assurant que « les habitudes alimentaires des musulmans, leurs fêtes, leurs pratiques de mariage et d’enterrement, ainsi que leurs coutumes et leurs rituels sont également respectés au Xinjiang ».

« Nous exhortons les Etats-Unis à accorder plus d’attention à la discrimination religieuse sur leur propre sol, à cesser de politiser les questions religieuses, et encore moins à profaner le saint nom de la religion, car toute rumeur et calomnie ne peut nier le fait que la liberté de croyance religieuse est garantie au Xinjiang », ont écrit les rapporteurs.