Sélectionner une page

SOCIETE

La pauvreté, priorité de Xi Jinping

Le gouvernement chinois a décidé de réduire le nombre de personne vivant dans la pauvreté, soit près de 70 millions de chinois d’ici 2020. Un objectif ambitieux, alors que le pays est l’un des plus inégalitaires. Selon l’Administration centrale, le gouvernement va tenter de sortir de la pauvreté « un million de personnes par mois ». « Nous avons six ans pour éradiquer la pauvreté », a indiqué Hong Tianyun, directeur adjoint d’une commission chargée du développement et de la lutte contre la pauvreté.

« Ce calendrier est très serré. En l’absence d’initiative particulière d’envergure, il sera extrêmement difficile de parvenir à cette mission », a admit ce dernier. Raison pour laquelle, « des autorités centrales aux autorités locales, la pression descend du haut vers le bas. »

Une pauvreté rurale endémique

Malgré les trente dernières années de croissance économique exponentielle, le taux de pauvreté ne s’est pas réduit. Les campagnes sont principalement concernées par cette grande pauvreté, à cause du chômage et du manque d’activité économique (autre qu’industrielle).

pauvretéConscient du problème, le Conseil des Affaires d’État publie en 2001, un premier Livre blanc, dont l’objectif est de « résoudre le problème des premières nécessités dans les régions pauvres à la fin du 20ème siècle ». Selon le document, les objectifs ont été atteint, arguant que le nombre de pauvres dans les régions rurales est passé de 250 millions en 1978 à 30 millions fin 2000. « Le pourcentage de pauvres dans l’ensemble de la population rurale est passée de 30,7% à environ 3% », note les autorités.

Cependant, dix ans plus tard, le gouvernement publie un second livre intitulé « les nouveaux progrès du programme de réduction de la pauvreté orienté vers le développement dans les régions rurales ». Ce document présente les politiques, les réalisations, les programmes spéciaux, la mobilisation sociale et la coopération internationale dans la lutte contre la pauvreté. Les objectifs fixés ont également atteint, d’autant que le programme des Objectifs du Millénaire pour le Développement, sont lancés au même moment.

Inégalités salariales importantes

Les autorités chinoises ont élevé plusieurs fois le seuil de pauvreté. En 2010, il était à 2.300 yuans par an (soit de 320 euros), selon Libération. Deux ans plus tard, le seuil de pauvreté est fixé à 3.200 yuans (environ 440 euros). Cependant, le salaire moyen en Chine est de 2.300 yuans (soit 320 euros), ce qui concerne près de 70 millions de personnes, selon les chiffres du Bureau national de la statistique, publiés en novembre 2015.

D’après un rapport de l’Université de Beijing, 1% des ménages les plus riches en Chine contrôle plus d’1/3 des richesses du pays, tandis que 25% des ménages les plus pauvres en contrôlent juste 1%. Une enquête a été publiée en 2012 par un institut lié à la Banque centrale chinoise. Celle-ci montre une hausse considérable du coefficient de Gini chinois.

Ce dernier est passé de 0,412 (en 2000) à 0,61 (en 2010). Le coefficient – variant de 0, synonyme d’égalité parfaite et 1, synonyme d’une inégalité totale – révèle une hausse très significative des disparités de revenus.

Conscient du fossé, les autorités ont décidé de réformer les revenus. En février 2015, le Conseil d’État a décidé d’augmenter les revenus les plus bas et d’« ajuster » ceux qui sont « excessivement élevés ». Ainsi le salaire minimum pourrait être augmenté de 40% pour les salariés urbains d’ici à 2015.

Objectif : la population rurale

Dans un communiqué, le Conseil d’État avait indiqué que « certains problèmes manifestes de répartition des revenus doivent être rapidement résolus », d’autant que « l’écart entre villes et campagnes est assez élevé, les revenus sont distribués irrégulièrement, il y a des problèmes visibles de revenus plus ou moins illicites et une partie du peuple vit dans des conditions difficiles ».

pauvretéSelon les données des médias officiels, plus de 128 millions de personnes vivant dans les campagnes sont considérées comme « pauvres », avec un revenu annuel par personne de moins de 368 euros.

Depuis l’arrivée de Xi Jinping à la tête du pays, le gouvernement a lancé plusieurs réformes visant à élever les revenus des ruraux, à permettre aux paysans de vendre leur terrain au plus offrant, à améliorer l’habitat, à mettre l’accent sur la réforme de santé et de retraite, à développer certains secteurs clés dans ces zones reculées. Le but pour le gouvernement est préserver la fragile stabilité sociale et d’entamer le tournant économique du pays, concentré désormais sur la consommation intérieure.

600 millions de chinois sortis de la pauvreté

A l’occasion de la 23ème Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre, les autorités chinoises ont réaffirmé leurs intentions de « sortir plus de 80 millions de Chinois de la pauvreté d’ici à 2015 ». Toutefois, le Conseil des Affaires d’Etat reconnait dans un communiqué que « réduire le fossé entre les riches et les pauvres prendra encore du temps ».

Hong Tianyun, directeur adjoint du Bureau du Groupe dirigeant du Conseil des Affaires d’État pour la lutte contre la pauvreté et le développement a expliqué que « la Chine a réalisé des progrès remarquables en matière de réduction de la pauvreté. Elle était le premier pays en voie de développement à avoir réduit de moitié la population pauvre avant fin 2015, soit l’un des objectifs du Millénaire pour le développement ».

En effet, au cours de ces 15 dernières années, près de 600 millions de personnes sont sorties de la pauvreté, selon l’agence de presse Xinhua. Cependant la Chine compte encore plus de 70 millions d’habitants ruraux vivant en-dessous du seuil de pauvreté national (3.200 yuans de revenus annuels) à la fin de l’année 2014.

Pour Hong Tianyun, « éliminer la pauvreté d’ici à 2020 sera un défi pour la Chine ». Le gouvernement a lancé une série de mesures visant à atteindre cet ambitieux objectif. Deux mois après l’annonce officielle de la mise en place de mesures pour lutter contre la pauvreté, Le Comité central du PCC et le Conseil des Affaires d’État ont publié conjointement un document d’instructions sur la réduction de la pauvreté.

Des mesures en cascade

Il s’agit d’une feuille de route appelant « aux idées créatives et aux méthodes pour combattre la pauvreté, alors que le pays a atteint la dernière ligne de droite » dans sa lutte contre la pauvreté.

Le document rappelle aux gouvernements locaux la nécessité de mettre en place « davantage de mesures ciblées et de moyens précis pour que les populations pauvres dans des zones rurales », afin qu’ils aient « accès à la nourriture, aux vêtements, à une éducation élémentaire, aux soins médicaux et à un logement sûr, à l’horizon 2020 ».

De plus, « le revenu disponible par tête des agriculteurs dans les régions démunies doit augmenter plus vite que le niveau national. Les services publics fondamentaux doivent aussi répondre quasiment aux mêmes normes nationales ».

D’ailleurs, cette année le gouvernement a alloué 5,5 milliards de yuans (762,08 millions d’euros), pour reloger 916.500 habitants dans les régions défavorisées, d’après la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR). Le 12 novembre, Shi Zihai, porte-parole de la CNDR, a indiqué que « le gouvernement a déployé des efforts, en 2015, pour garantir la sûreté de l’eau et améliorer le réseau d’électricité et des infrastructures dans les régions rurales ».

Cependant pour Zhang Zhiwei, chef économiste chez Nomura, interrogé par le quotidien La Croix, « des plans de réforme de cette nature ont déjà été annoncés par le passé mais leur application n’a pas été très évidente ».

Recevez la Newsletter

Coronavirus (2019-nCoV)

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Essentiel de l’actu

Votre opinion compte!

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques




Dossier d’Histoire

Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :