Les dirigeants chinois ont promis le 2 novembre que la croissance restait une priorité et qu’ils allaient poursuivre les réformes. Cette déclaration intervient dans un contexte de craintes que l’idéologie ne prenne le dessus sur l’économie alors que Xi Jinping entame un troisième mandat inédit.

Les mesures stricte du Covid pèsent de plus en plus lourd l’économie chinoise, à cela s’ajoute les nouvelles fermetures d’entreprises, la baisse de confiance des consommateurs et la fragilité des marchés financiers, l’inflation et la hausse des taux d’intérêt.

Récemment, le fabricant de véhicules électriques NIO a annoncé la suspension de sa production dans la ville orientale de Hefei en raison de l’augmentation des cas de COVID-19. Yum China, opérateur des chaînes KFC et Pizza Hut, a déclaré qu’il fermait temporairement ou réduisait les services dans près d’un millier de restaurants en Chine. Foxconn, producteur des iPhones d’Apple a également été touchée par une hausse de cas de Covid.

La conjoncture économique de la Chine reste tendue, alors que Xi Jinping a obtenu, sans mal, un troisième mandat en tant que secrétaire général lors du Congrès du Parti communiste chinois, au cours duquel il a exhorté le parti à se préparer aux difficultés et à renforcer la sécurité nationale. Il a également renouvelé son soutien à la politique du zéro COVID, malgré son impact sur l’économie.

De hauts responsables de la Banque Populaire de chine, des autorités de régulation des valeurs mobilières et des banques chinoises ont indiqué dans des interventions pour le Global Financial Leaders’ Investment Summit à Hong Kong, que la Chine maintiendrait la stabilité de sa monnaie et de ses marchés immobiliers, et resterait attachée à une stratégie économique favorable à la croissance.

« Les investisseurs internationaux devraient lire plus attentivement le rapport de travail que le président Xi a présenté » lors du congrès, a déclaré Fang Xinghai, vice-président de la China Securities Regulatory Commission (CSRC).

Ce dernier a précisé que Xi Jinping « y a souligné à nouveau la centralité de la croissance économique dans l’ensemble du travail du Parti et du pays, et c’est très significatif », montrant que la Chine se concentre pleinement sur la croissance, a-t-il déclaré.

Alors que les fonds étrangers se dirigent vers la sortie, les investisseurs chinois se sont emparés des actions à bas prix des entreprises du continent, pariant que les opinions extérieures sur la Chine étaient excessivement négatives, selon l’agence de presse, Reuters. Cette dernière a indiqué le 2 novembre que « l ‘écart de perception entre les investisseurs offshore et onshore est si divergent qu’il a creusé le fossé entre les marchés de Hong Kong et de la Chine, le plus large depuis 13 ans ».

Yi Gang, gouverneur de la Banque populaire de Chine (PBOC), a déclaré que la Chine continuera à déréglementer ses marchés : « La réforme et la politique de la porte ouverte se poursuivront ».

Tentant d’apaiser les inquiétudes vis-à-vis de l’impact des blocages de COVID et d’une crise immobilière, Yi Gang a déclaré que « l’économie chinoise est restée globalement sur la bonne voie malgré certains défis et une pression à la baisse. »

« Je m’attends à ce que le taux de croissance potentiel de la Chine reste dans une fourchette raisonnable », a indiqué le gouvernement, citant le marché « super large » de la Chine, une classe moyenne en pleine ascension, l’innovation technologique et un réseau d’infrastructures de haute qualité.

Se basant sur un livre intitulé « Lecture supplémentaire du rapport du 20e Congrès du Parti communiste », Yi Gang a déclaré que la Chine est en mesure de maintenir une politique monétaire « normale » et des taux d’intérêt « positifs« .

Wang Jun, directeur du China Chief Economist Forum, a expliqué à Reuters que « les hausses des taux d’intérêt mondiaux ont fait pression sur les actifs en yuan, et il est impossible pour la Chine de continuer à réduire les taux d’intérêt à long terme ».

Face à l’inflation, de nombreux pays ont resserré leur politique pour lutter contre la hausse des prix. Cependant, la Chine a mis en œuvre une politique monétaire accommodante pour soutenir une croissance en berne, laissant craindre une fuite des capitaux. Toutefois, Yi Gang a déclaré que le yuan s’est apprécié par rapport aux autres grandes devises, « maintenant son pouvoir d’achat et gardant sa valeur stable. »