L’activité manufacturière du pays a atteint son plus bas niveau jamais enregistré en février 2020, alors que le pays tourne toujours au ralenti en raison de l’épidémie de coronavirus, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

Les autorités ont pris des mesures drastiques pour contenir la propagation du Covid-19, comme la restrictions des déplacements, la fermeture temporaire des usines à travers le pays, ou encore la mise en quarantaine de la province du Hubei (centre).

Cette province est un centre manufacturier, devenu épicentre de l’épidémie depuis décembre 2019. Le gouvernement a toutefois encouragé les entreprises à reprendre progressivement le travail. En effet, le nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination montre une tendance à la baisse depuis une dizaine de jours.

A lire aussi : Reprise des activités économiques hors du Hubei

L’indice des directeurs d’achats (PMI) pour le mois de février s’est donc établi à 35,7 points contre 50,0 en janvier, selon le BNS. Un chiffre supérieur à 50 témoigne d’une expansion de l’activité et, en deçà, il traduit une contraction.

Ce chiffre est bien inférieur à la prévision moyenne des analystes sondés par l’agence d’informations financières Bloomberg, qui était de 45,0. « Les secteurs de l’automobile et des équipements spécialisés ont été particulièrement touchés », a précisé le BNS.

Le bureau veut être optimiste, en assurant que «si l’épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus a eu des répercussions plus importantes (que prévu) sur la production et les opérations des entreprises chinoises, (elle) semble commencer à être sous contrôle, et l’impact sur la production s’atténue progressivement».