La chancelière allemande Angela Merkel a pressé le Premier ministre chinois, Li Keqiang, le 27 avril pour des discussions plus larges sur les questions des droits de l’homme, lui disant que la relation entre la Chine et l’Allemagne « signifie que nous pouvons aborder des questions difficiles et tout mettre sur la table. »

Les commentaires sont intervenus après qu’Angela Merkel (image ci-contre) et le Premier ministre chinois Li Keqiang aient mené de vastes consultations entre la Chine et l’Allemagne sur des questions, telles que la lutte contre la propagation du coronavirus, la coopération économique et d’autres sujets.

Selon des remarques publiées par son bureau, Angela Merkel a évoqué la critique de l’Allemagne sur le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme, déclarant dans son discours au groupe qu’«il y a des divergences d’opinion ici, surtout quand on pense à la situation à Hong Kong, par exemple».

«Jusqu’à présent, nous avons toujours réussi à bien régler ces problèmes; J’espère que nous pourrons relancer le dialogue sur les droits de l’homme dès que possible », a déclaré Angela Merkel.

La dirigeante allemande a ajouté que son souhait était de mener des discussions «approfondies» avec la Chine qui incluraient également les ministres de la justice des deux pays.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a pas répondu directement aux remarques, mais a déclaré que Li Keqiang «a souligné que malgré le fait que les deux pays ont des points de vue différents sur certaines questions, les deux parties doivent respecter les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de l’autre, s’engager dans la communication et les échanges sur la base de l’égalité et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de chacun».

Par contre, le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré que la Chine était «prête à œuvrer avec l’Allemagne pour maintenir la direction générale des relations bilatérales caractérisées par le dialogue et la coopération et promouvoir les relations sino-allemandes à un niveau plus élevé».

Ce dernier a fait ces remarques lors de la coprésidence de la sixième consultation inter-gouvernementale Chine-Allemagne avec la chancelière allemande Angela Merkel par liaison vidéo à Beijing.

Il a souligné que «la coopération et les résultats gagnant-gagnant étaient l’axe principal du partenariat stratégique sur tous les plans entre la Chine et l’Allemagne». Le Premier ministre de la Chine a appelé la Chine et l’Allemagne à renforcer la coopération anti-épidémique, à promouvoir la distribution juste et équitable des vaccins contre la COVID-19 et à rejeter le nationalisme en matière de vaccins.

Li Keqiang, premier ministre

Notant que les deux parties étaient prêtes à embrasser l’ouverture et à défendre la concurrence loyale, Li Keqiang  a indiqué que la Chine était prête à travailler avec l’Union Européenne pour promouvoir conjointement la signature et l’entrée en vigueur de l’accord Chine-UE sur les investissements dès que possible afin de faciliter le développement sain et stable des relations bilatérales.

De son côté, Angela Merkel a indiqué que l’Allemagne prônait l’ouverture et la coopération et s’opposait au protectionnisme, selon des propos cités par l’agence de presse, Xinhua.

La chancelière allemande a souligné l’importance de l’accord sur les investissements entre l’UE et la Chine et a souhaité que ma Chine et l’Allemagne puissent promouvoir conjointement l’entrée en vigueur de l’accord à une date rapprochée.

Lire aussi : Accord inattendu entre la Chine et l’Union européenne

Après la consultation, Li Keqiang et Angela Merkel ont assisté ensemble à la « signature en nuage » d’une série de documents de coopération bilatérale portant notamment sur la réponse au changement climatique, la sécurité sociale, la santé, la sécurité des aliments, le transport et le développement durable.

Au premier trimestre de cette année, le commerce entre la Chine et l’Allemagne a augmenté de 41,5% en glissement annuel, démontrant pleinement le potentiel énorme et de haut niveau de la coopération bilatérale, a précisé Li Keqiang.