L’ambassade de Chine à Madagascar a organisé son Salon annuel des Médias

par | Juin 25, 2021 | Afrique, Chine - Afrique, MONDE

Le 21 juin 2021, l’Ambassade de Chine à Madagascar a tenu un Salon des Médias sur le thème de la célébration du centenaire du Parti communiste chinois. A cette occasion, l’Ambassadrice de Chine à Madagascar, Guo Xiaomei, a évoqué l’histoire de son parti et ses relations avec Madagascar.

A droite, l’ambassadrice Guo Xiaomei

L’Ambassadrice de Chine, Guo Xiaomei, a retracé le parcours du PCC au cours de ces 100 dernières années : de sa naissance ainsi que son développement jusqu’au bond historique réalisé par le peuple chinois sous la direction du PCC, en passant d’une nation qui s’est relevée à une nation riche, puis à une nation plus puissante.

Cette dernière a eu des échanges profonds avec les invités sur les sujets tels que des clés du succès du PCC et sa vision mondiale, selon le communiqué de l’ambassade publié sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : La Chine et Madagascar signent un nouvel accord de coopération

D’après Guo Xiaomei, il y a principalement quatre raisons pour lesquelles le PCC a pu surmonter de nombreuses difficultés et obstacles pour se développer sans cesse et créer des victoires l’une après l’autre malgré d’innombrables échecs et revers.

  • Premièrement, le PCC reste et restera fidèle à son engagement initial et sa mission, à savoir la recherche du bonheur pour le peuple chinois et du renouveau de la Nation chinoise.
  • Deuxièmement, le PCC prend l’intérêt fondamental de la grande majorité du peuple chinois pour ses propres intérêts, reste toujours à côté du peuple et lutte pour l’intérêt du peuple. Il bénéficie ainsi du soutien de tout cœur du peuple.
  • Troisièmement, le PCC a combiné les principes universels du marxisme avec la réalité de la Chine et trouvé sa propre voie de développement.
  • Quatrièmement, le PCC est capable de compter sur sa propre force pour apprendre des leçons, corriger les erreurs et maintenir la vigueur et la vitalité.

« La direction du PCC est les choix de l’histoire chinoise et le choix du peuple chinois. Pour comprendre la Chine, il faut connaître le PCC. Pour respecter la Chine, il faut respecter la direction du PCC et respecter la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises choisie par le peuple chinois. L’expérience de réussite de la Chine et du PCC a prouvé que les pays en voie de développement peuvent réaliser ses redressements par leurs propres mains plutôt que par la guerre ou la colonisation », a assuré cette dernière.

« La Chine sait bien que chaque pays a ses propres conditions nationales et que chaque pays doit trouver une voie de développement qui leurs sont propres, le PCC n’importerait pas les modèles de développement étrangers et n’exporterait pas le modèle chinois, sans moins dire de demander à d’autres pays de copier la pratique chinoise », a souligné l’ambassadrice de Chine, Guo Xiaomei.

Concernant la coopération entre la Chine et Madagascar, la crise n’a pas eu d’impact sur leurs échanges. « Malgré la crise, les échanges commerciaux entre la Chine et Madagascar ont tenu bon. Il y a juste une légère baisse. Ainsi ils ont atteint 930 millions de dollars en 2020 contre un milliard de dollars en 2019. En pourcentage cela fait une baisse de 1,8% », a indiqué le conseiller économique de l’ambassade de Chine à Nanisana lors du traditionnel Salon des médias.

Lire aussi : Chine-Madagascar : un nouveau tournant

« Cette année les chiffres devront s’améliorer par rapport à l’année dernière mais ils ne seront pas mieux qu’en 2019. Malgré tout la Chine reste l’un des premiers partenaires de Madagascar qui est le dix-neuvième partenaire de la Chine en Afrique », a indiqué ce dernier.

En dépit de cette baisse, plusieurs projets avancent comme le stade Barea, terminé à 90% et prochainement inauguré. « C’est un projet financé totalement par l’État malgache et construit par une entreprise chinoise retenue après appel d’offres » a précisé le conseiller économique de l’ambassade de Chine.

Concernant la route des œufs à Mahitsy, le dossier est à la traîne en raison de la lenteur des expropriations. Cependant, les travaux devraient prendre fin à la fin de l’année 2021 selon le diplomate chinois.

Même constat pour le nouvelle route entre Ambohitrimanjaka et l’aéroport d’Ivato : « le problème vient de trois expropriations qui n’ont pas été faites. Soit on règle le problème, soit on contourne le tracé initial. Mais aux dernières nouvelles, les deux expropriations ont été faites. Il reste donc là dernière. Du coup la livraison des travaux est prévue en 2023 », a indiqué le conseiller économique de Chine.

De son côté, l’ambassadrice de Chine, Guo Xiaomei, a annoncé la reprise des visites de techniciens malgaches en Chine après la fin de la Covid-19.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :