Au cours de ces dernières semaines, la Chine a entamé une nouvelle dynamique dans ses relations avec Madagascar, des échanges diplomatiques ont eu afin de renforcer la coopération sino-malagasy.

Depuis 2015, la Chine est le premier partenaire commercial de Madagascar et la plus grande source d’importations au cours de ces six années consécutives. Selon la Douane malagasy, le commerce bilatéral de marchandises a atteint 3,5 trillions d’Ariary (834 millions d’euros) en 2020, soit 18,1% du commerce extérieur total de Madagascar, une augmentation de 2 points de pourcentage par rapport à l’année précédente.

Les importations de Madagascar en provenance de Chine ont atteint 729 millions d’euros, tandis que les exportations de Madagascar vers la Chine se sont situées à 108 millions d’euros.

«L’excédent commercial de la Chine avec Madagascar est essentiellement structurel, reflétant la différence de niveau de développement et de structure économique entre les deux pays », a expliqué Guo Xiaomin lors d’une allocation en mars 2021.

Cette dernière a souligné que «l’accord relatif aux droits de douane à tarif zéro sur 97% des biens africains exportés vers la Chine signé en 2014 a été favorablement accueillit par les exportateurs malagasy et a joué un rôle positif dans la promotion des exportations malagasy vers la Chine».

De plus, le Ministère chinois du Commerce a annoncé que le stock des investissements directs (IED) chinois à Madagascar à la fin de l’année 2019 se situe à 245,7 millions d’euros. «Le flux d’IED connaît une croissance à contre-courant de la tendance mondiale en 2020 avec des estimations préliminaires s’élevant à 38,02 millions de dollars» (34,2 M€), a précisé le ministère.

Dans un tel contexte, le plus haut législateur chinois Li Zhanshu s’est entretenu avec la présidente du Parlement malgache, Christine Razanamahasoa, par liaison vidéo, dans le but  de renforcer les échanges et la coopération entre les deux organes législatifs.

Li Zhanshu, président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN), a indiqué que la Chine attachait une grande importance au développement des relations Chine-Madagascar et était disposée à travailler avec Madagascar pour faire coïncider l’initiative « la Ceinture et la Route » de la Chine avec celle Emergence Madagascar.

Dans un communiqué, l’Assemblée nationale malgache a indiqué que «plusieurs points ont été évoqués dont la volonté de la République Populaire de Chine d’appuyer les efforts dans la lutte contre le Covid-19 en octroyant des doses de vaccin à Madagascar ainsi que la mise à disposition des expériences des médecins et des infirmiers chinois dans la gestion de la crise sanitaire ».

Dans le cadre des relations entre les parlementaires, un groupe d’amitié parlementaire sino-malagasy a déjà été créé et un mémorandum d’entente est en cours de discussion afin de renforcer les échanges  dans le cadre du travail parlementaire.

L’envoyé spécial, He Wei et Président élu de Madagascar, Andry Rajoelina

Outre la coopération parlementaire, le Parti communiste chinois (PCC) et la «Coalition de Madagascar : Nous tous, ensemble avec Andry Rajoelina» ont organisé un webinaire de cadres par liaison vidéo, les 27 et 28 avril, sur « le rôle du parti au pouvoir dans le développement agricole et la réduction de la pauvreté ».

A cette occasion, Li Mingxiang, ministre assistant du Département international du Comité central du PCC, a évoqué à cette occasion les réalisations du PCC depuis sa fondation, soulignant l’expérience du PCC «dans la conduite des efforts d’éradication de la pauvreté en Chine depuis le 18e Congrès national du PCC».

Ce dernier a également indiqué que «le PCC est prêt à travailler avec ses homologues malgaches pour forger un nouveau type de relations politiques entre les partis, caractérisées par le respect mutuel et l’apprentissage mutuel grâce à un terrain d’entente tout en respectant les différences».

D’après l’agence de presse, Xinhua, l’un des membres du Bureau politique de la «Coalition de Madagascar : Nous tous, ensemble avec Andry Rajoelina», a expliqué que Madagascar est prête à «apprendre des expériences du PCC en matière de gouvernance et d’administration de l’Etat, à promouvoir l’intégration entre le Plan de revitalisation de Madagascar et l’Initiative La Ceinture et la Route, et à travailler ensemble pour construire une communauté de destin plus étroite entre la Chine et l’Afrique».

Symbole de la coopération entre la Chine et Madagascar, le riz hybride planté en collaboration avec le célèbre agronome Yuan Longping, est satisfaisant, cette saison. D’après le ministère malgache de l’agriculture, «malgré les multiples épreuves comme le retard de la saison des pluies, la sécheresse et des températures basses, le rendement du riz hybride de cette saison a tout de même été satisfaisant, avec un rendement mesuré de 11,87 tonnes de riz par hectare, montrant l’excellente capacité à haut rendement du riz hybride chinois».

«Le riz hybride constitue une ‘solution chinoise’ pour que Madagascar atteigne l’objectif national de sécurité alimentaire», a souligné le ministère, qui affirme «qu’avec le renforcement de la coopération en matière de technologie agricole entre la Chine et Madagascar, davantage de variétés de riz hybrides locales de haute qualité pourront être cultivées et la production annuelle de riz à Madagascar sera considérablement augmentée, atteignant finalement l’objectif d’autosuffisance alimentaire».

La relation entre la Chine et Madagascar devrait s’intensifier en termes du commerce, «nous continuerons à mettre en œuvre le programme de Tarif Préférentiel Spécial pour les pays bénéficiaires, à élargir l’importation des produits agricoles et d’autres produits avantageux de Madagascar, et nous invitons Madagascar à profiter pleinement de China International Import Expo et d’autres plateformes pour promouvoir les produits Vita Malagasy», a expliqué l’ambassadrice Guo Xiaomei.

Cette dernière a également précisé que l’Accord sur la Promotion et la Protection Réciproques des Investissements entre la Chine et Madagascar sera toujours instauré et renforcé par la hausse des investissements des entreprises chinois dans la Grande Ile. En effet, le gouvernement chinois va «encourager et soutenir les entreprises chinoises à accroître leurs investissements et à accompagner Madagascar dans la poursuite des veliranos, surtout dans le travail de l’autosuffisance alimentaire et de l’industrialisation du pays».