L’ambassade de France en Chine a diplomatiquement critiqué la politique « zéro Covid » de la Chine sur un réseau social. Il s’agit d’une parole inhabituelle qui aura été très commenté et salué le 25 novembre par des Chinois excédés par cette politique sanitaire.

Malgré plusieurs vaccins à disposition, un nombre peu élevé de cas de Covid comparé au taux de la population, la Chine continue d’appliquer de strictes restrictions pour éviter toute contamination et décès.

Cette politique consiste à imposer des confinements dès l’apparition de cas, à placer en quarantaine dans des centres les personnes testées positives et à exiger des tests PCR quasi-quotidiens pour l’accès aux lieux publics.

Cette stratégie crée frustration et fatigue chez la population, pour qui les déplacements sont devenus difficiles. Mais elle pèse aussi lourdement sur l’économie.

«La politique chinoise du zéro Covid dynamique a des répercussions sur les entreprises françaises présentes en Chine», a écrit en chinois l’ambassade de France dans la soirée du 24 novembre sur son compte officiel du réseau social Weibo.

«Afin de maintenir et de développer le commerce et les investissements bilatéraux entre la Chine et la France, un environnement commercial transparent, prévisible et équitable est indispensable», souligne-t-elle.

Le gouvernement chinois a annoncé le 11 novembre un assouplissement de la politique sanitaire, en réduisant entre autre la durée de la quarantaine à l’arrivée en Chine, afin de faciliter les déplacements. Mais l’ambassade cite dans son message un communiqué de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) France Chine, qui a estimé ces mesures «n’ont pas répondu aux attentes» et exhorte Pékin à «éliminer les restrictions inutiles et excessives».

Le message de l’ambassade, «aimé» plus de 85.000 fois sur Weibo, a généré près de 10.000 commentaires. «Merci à la France de parler au nom des Chinois», a écrit un utilisateur, cité par l’Agence France Presse. Tandis qu’un autre a indiqué «depuis quand les entreprises françaises ont un droit de regard sur la politique sanitaire chinoise?».

Lors d’un point presse, le 25 novembre, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, a réagit à cette déclaration, en assurant que « le gouvernement chinois attache une grande importance à fournir aux entreprises étrangères le service dont elles ont besoin et à faciliter leurs activités en Chine. Nous prenons des mesures adaptées pour aider les entreprises étrangères à surmonter leurs difficultés« . 

« En ce qui concerne les mesures de prévention et contrôle contre le COVID-19, je vous conseille de consulter les services compétents. Le groupe de travail inter-agences du Conseil d’État a récemment tenu plusieurs conférences de presse et expliqué en détail les mesures« , a-t-elle assuré.