Bien que la skieuse d’origine américaine Eileen Gu soit devenue la coqueluche du public chinois lors des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, la Chine a formé bon nombre de ses champions sportifs chez elle, grâce à son régime sportif juguo (toute la nation).

Et maintenant, la Chine applique l’approche juguo – déployer des ressources massives pour atteindre un objectif stratégique ou construire un prestige national – pour atteindre des prouesses technologiques de classe mondiale.

La Chine poursuit ses objectifs technologiques avec une intensité jamais vue depuis que le président Mao Zedong s’est engagé à développer des armes nucléaires il y a six décennies.

La motivation ne pouvait pas être plus claire. Sous le président Donald Trump, les États-Unis ont lancé une campagne contre les entreprises technologiques chinoises – en particulier Huawei et ZTE – qui comprenait la restriction de leur accès aux technologies critiques contrôlées par les États-Unis comme les semi-conducteurs.

Cette campagne s’est poursuivie sous le président Joe Biden, et de nombreuses autres entreprises chinoises sont confrontées au même sort si elles sont ajoutées à la soi-disant liste des entités américaines.

Les actions américaines ont constitué un signal d’alarme pour la Chine. Plutôt que de rester vulnérable aux caprices des États-Unis, il doit devenir technologiquement autonome.

Les forces du marché pourraient aider ici. Les entreprises étant obligées de se procurer des équipements et des technologies de pointe auprès de sources nationales, la demande de technologies chinoises augmente. Cela devrait accélérer son développement.

Mais le président Xi Jinping ne laisse pas le destin technologique de la Chine aux marchés. Le progrès technologique est un élément central de la politique nationale inscrite dans le 14e plan quinquennal. Alors que dans le passé, un ministre du gouvernement aurait été chargé de gérer ce processus, Xi le supervise directement.

Dans le cadre de cette initiative, le gouvernement inonde les entreprises technologiques chinoises de terres, d’argent et de contrats. Et il construit un écosystème d’innovation calqué sur le projet Manhattan et le programme Apollo de la NASA, avec une chaîne d’incubation entièrement intégrée reliant les laboratoires nationaux, les universités et les «parcs scientifiques» de haute technologie.

Le gouvernement chinois prévoit de construire dix laboratoires de recherche nationaux, chacun avec un objectif différent – par exemple, un laboratoire d’intelligence artificielle à Shanghai et un laboratoire d’ informatique quantique à Hefei – et supervisés directement par un membre du Comité permanent du Parti communiste chinois, principal organe décisionnel de la Chine.

En outre, les autorités ont pour objectif de créer 100 nouveaux centres technologiques et 100 parcs industriels de haute technologie supplémentaires dans tout le pays, et ont introduit un processus accéléré d’introduction en bourse, mis en place par le biais du nouveau Shanghai Stock Exchange Science and Technology Innovation Board (également connu sous le nom de Shanghai Stock Exchange Science and Technology Innovation Board). le marché STAR).

Les gouvernements locaux ont également un rôle crucial à jouer dans ce processus. Et, déjà, beaucoup font preuve d’innovation dans la manière dont ils soutiennent le développement technologique. De nombreux gouvernements locaux – comme à Shanghai, Chengdu, Hefei et Chongqing – ont adopté des structures de fonds de fonds et ont commencé à obtenir des participations importantes dans des entreprises. Le gouvernement de Shanghai a collaboré avec Tesla et le gouvernement d’Anhui a obtenu une participation dans la société chinoise de véhicules électriques Nio.

En encourageant les investisseurs en capital-risque à amener des « licornes » potentielles dans leurs régions, les gouvernements locaux se positionnent pour obtenir le mérite de la croissance du PIB, de la création d’emplois et de l’innovation qui en résultent. La Chine a déjà attiré des milliers de personnes du monde entier pour occuper des postes liés à la recherche .

Certes, au cours des deux dernières années, le gouvernement central chinois a pris des mesures radicales pour réglementer et freiner les géants de la technologie au nom de l’antitrust, de l’équité sociale et de la protection des données.

Mais, contrairement à la croyance populaire, cette campagne ne contredit pas, et encore moins ne sape pas, l’objectif d’atteindre la suprématie technologique mondiale. À long terme, une réglementation appropriée ouvrira la voie à une croissance robuste des entreprises de haute technologie sur un pied d’égalité.

La répression réglementaire a ciblé les sociétés de plates-formes Internet destinées aux consommateurs, notamment Alibaba, Didi et JD.com. Aucun n’opère dans les domaines de pointe – tels que la biotechnologie, l’informatique quantique, l’intelligence artificielle et les semi-conducteurs – où la Chine espère rattraper les États-Unis. Freiner leur croissance ne stimulera pas seulement la concurrence dans les secteurs où ils opèrent ; cela pourrait également libérer des ressources, qui pourraient être redirigées vers la frontière technologique.

Dans tous les cas, le système « juguo » permet de mobiliser et d’allouer des ressources nationales sans en décompter les coûts. Cela signifie que l’équivalent de milliards – peut-être des billions – de dollars ira au subventionnement de l’innovation, du soutien à la recherche fondamentale à la construction de parcs scientifiques. Cet effort gaspillera inévitablement des ressources. Mais les dirigeants chinois sont convaincus qu’à long terme, cela portera ses fruits.

Ce type de réflexion est le principal avantage d’une stratégie dirigée par l’État. L’innovation est un processus très incertain, plein de risques. Laissées à elles-mêmes, les entreprises privées donnent souvent la priorité aux gains à court terme plutôt qu’aux opportunités d’investir dans l’innovation et de développer des compétences de base.

Cependant, le gouvernement chinois dispose des outils, de la patience et de la détermination nécessaires pour opérer une transformation à long terme, quels que soient les coûts à court terme. L’État paiera pour jeter un large filet en échange d’une grosse prise.

Cette stratégie peut aider la Chine à accélérer sa maîtrise des produits de haute technologie, mais pour faire de véritables ruptures technologiques, le pays a besoin d’un système éducatif beaucoup plus ouvert.

Il doit également créer un processus d’innovation dans lequel les gens sont motivés à la fois par les récompenses du marché et par un désir intrinsèque de faire progresser les connaissances.

L’ancienne stratégie d’investissement « courte, plate, rapide » de la Chine, qui a fonctionné pour le sport et les infrastructures, doit céder la place à un nouveau livre de jeu pour la technologie, adopté par un pays patient avec une population patiente et un capital patient.

Une chose est claire : compte tenu de la réponse chinoise à la pression américaine sur ses géants de la technologie, il est raisonnable de supposer que de nouvelles restrictions ne feront que renforcer la détermination de la Chine à atteindre l’autosuffisance technologique – et, éventuellement, la primauté mondiale. Cela devrait donner à l’administration Biden matière à réflexion alors qu’elle envisage ses prochaines étapes.

Keyu Jin, professeur d’économie à la London School of Economics, est un jeune leader mondial du Forum économique mondial.

Droits d’auteur : Project Syndicate, 2022.
www.project-syndicate.org