Les ventes en ligne du «Black Friday», la plus grande journée de soldes aux États-Unis, ont diminué pour la première fois depuis de nombreuses années, en raison de différents problèmes et risques, ont estimé des analystes chinois.

Selon eux, les États-Unis étaient susceptibles de perdre leur statut de plus grand marché de consommation du monde au profit de la Chine, où la grande journée d’achats en ligne du 11 novembre, le «Double 11», a enregistré de nouveaux records de ventes.

Ces deux grandes journées de soldes incarnent l’état du marché de consommation et du pouvoir d’achat en Chine et aux États-Unis. La comparaison des chiffres de vente donne un signal inquiétant pour les États-Unis, car la Chine pourrait leur ravir le titre de plus grand marché de consommation du monde, selon les analystes interrogés par le CIIE.

Les ventes en ligne aux États-Unis ont totalisé environ 8,9 milliards de dollars pour ce «Black Friday», soit une légère baisse par rapport aux 9 milliards de dollars de 2020, selon Adobe Analytics. Ce cabinet a recueilli les données de 80 parmi les 100 plus gros sites de vente du pays.

« La faiblesse des ventes aux États-Unis se voit également également dans les exportations chinoises. Les exportations pour le Black Friday 2020 avaient connu une faible demande, et cette année, elles n’ont toujours pas retrouvé leurs niveaux de 2019 », a expliqué M. Sun, gérant d’une plateforme de commerce électronique axée sur les exportations dans la province orientale du Jiangsu.

Sa plateforme est un intermédiaire entre les exportations de petits appareils ménagers domestiques, d’équipements sportifs et d’autres marchandises envoyées aux États-Unis. Selon lui, «le volume des marchandises exportées a diminué de 30 à 40 % entre le Black Friday 2021 et celui de 2019, mais la valeur totale des exportations n’a diminué que de 20%».

Ce dernier a expliqué que le coût d’expédition a grimpé en flèche depuis 2019. Cela se traduit soit par un moins grand nombre d’articles achetés par les clients, soit par une augmentation des prix en magasin, voire les deux à la fois.

Les prévisions d’Adobe situent les ventes d’e-commerce du «Cyber Monday» de cette année entre 10,2 et 11,3 milliards de dollars. Cet événement marque la plus grande journée d’achat en ligne aux États-Unis. Ces dernières années, les sociétés d’e-commerce ont profité de l’effet «Black Friday» pour attirer les consommateurs sur internet.

Les ventes en ligne de ces deux journées de soldes aux États-Unis devraient s’établir autour 20 milliards de dollars au total, selon Adobe. En comparaison, la valeur des transactions en ligne du «Double 11» de 2021 s’est élevée à 965,12 milliards de yuans (140 milliards de dollars), soit une hausse de 12,22% en glissement annuel, selon les statistiques du secteur de l’e-commerce.

«La mauvaise gestion de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis est la principale raison ayant entraîné une baisse des ventes du « Black Friday » en glissement annuel. Cela révèle un tournant sous-jacent dans le développement et la reprise économique du pays, et un grand défi relatif à son assouplissement monétaire», a expliqué Zhang Xiaorong, directeur de l’Institut de recherche sur les technologies de pointe de Beijing.

Selon ce dernier, « la force économique, la volonté de consommer et la commodité sont les principales contraintes qui pèsent sur la demande. Le secteur du commerce électronique aux États-Unis n’est pas en mesure de garantir la même logistique fluide qu’en Chine, ce qui limite les ventes en ligne, selon les analystes. Les ventes en magasin n’ont pas connu une reprise complète, car la prévention et le contrôle de la pandémie aux États-Unis ont été inefficaces ».

Les statistiques de Sensormatic Solutions ont montré que la fréquentation des magasins pendant le «Black Friday» ont augmenté de 47,5% par rapport à 2020, mais elle reste tout de même inférieure de 28,3% par rapport à 2019.

Lors du jour de célébration de Thanksgiving, la fréquentation des magasins physiques était inférieure de 90,4% à celle de 2019. Des magasins des chaînes Target, Walmart et Best Buy ont dû fermer en raison de la pandémie de COVID-19 et du manque de personnel, selon Sensormatic Solutions.

De plus, les récentes fusillades dans plusieurs centres commerciaux aux États-Unis ont également rendu les consommateurs moins enclins à se rendre dans les magasins. D’autant que la chaîne d’approvisionnement américaine reste sous pression.

Ainsi, la liste de produits en rupture de stock sur les sites de vente au détail s’était allongée de 124% par rapport à la prériode avant-pandémie. Les appareils électroménagers, l’électronique, les articles ménagers et les autres équipements pour la maison et le jardin affichent les taux de rupture de stock les plus élevés, selon Adobe.

Le cabinet a indiqué que les niveaux de stock de certaines entreprises ne se sont pas améliorés, car les chaînes d’approvisionnement restent perturbées. En Chine, la chaîne d’approvisionnement et le système logistique ont résisté à la pression et n’ont pas été interrompus par la pandémie, ce qui permet au pays de répondre à la demande des consommateurs chinois et étrangers, selon les analystes.