Près de 600.000 habitants du comté de Jia dans la province du Henan, dans le centre du pays, ont été placés en confinement après la découverte d’un cas de Covid-19. Cette annonce intervient alors que le pays se prépare à une nouvelle vague de contaminations.

La Chine, épicentre du nouveau coronavirus depuis décembre 2019, semble avoir largement jugulé l’épidémie. Mais les autorités s’inquiètent de voir la maladie revenir sur leur sol, en particulier depuis l’étranger.

Le comté (ou département) de Jia, situé à environ 800 km de la capitale, a annoncé le 1er avril que ses habitants ne pouvaient désormais plus sortir de chez eux sans autorisation.

Selon une directive publiée en ligne, seules les personnes munies d’un permis spécial peuvent continuer à se rendre au travail et les véhicules ne peuvent circuler qu’un jour sur deux, en fonction de leur plaque d’immatriculation.

Aucune raison officielle n’a été donnée pour le moment. Toutefois, une information circule attestant qu’une femme qui s’était rendue dans le comté a été testée positive au Covid-19 après un contact avec une personne asymptomatique, selon les autorités provinciales.

La Chine a fait état ce 2 avril de 55 nouveaux cas de personnes positives au nouveau coronavirus mais asymptomatiques, c’est-à-dire n’ayant pas la toux et la fièvre caractéristiques du Covid-19. Plus d’un millier d’entre elles sont sous observation médicale. Le pays a également signalé 35 nouveaux cas confirmés dits « importés ».

Pour faire face à cette seconde vague, le gouvernement a décidé de fermer temporairement ses frontières à la plupart des étrangers et a réduit drastiquement ses vols internationaux la semaine dernière. Toute personne entrant dans le pays se voit par ailleurs imposer une quarantaine de 14 jours.