Le gouvernement du Kirghizstan a demandé le 14 avril à la Chine d’alléger sa dette pour l’aider à faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus.

Le président kirghiz Sooronbaï Jeenbekov a demandé, lors d’un entretien téléphonique, à son homologue chinois Xi Jinping d’examiner la possibilité d’«alléger et de rééchelonner les paiements de la dette extérieure du Kirghizstan à la Chine», selon un communiqué de la présidence kirghize.

Il a fait cette demande en évoquant «l’impact négatif de l’infection sur la situation macroéconomique», selon la même source. Les deux dirigeants se sont également mis d’accord pour l’envoi de spécialistes chinois de la lutte contre le coronavirus au Kirghizstan, a précisé la présidence kirghize.

La Banque d’exportation et d’importation de la Chine (Eximbank) détient environ 40% de la dette extérieure du Kirghizstan, qui s’élève à 4 milliard de dollars 3,6 mds €), et elle a financé d’importants projets énergétiques et de transport dans ce pays pauvre d’Asie centrale.

Le Kirghizstan a décrété en mars l’état d’urgence afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus dont 430 cas et 5 décès ont été officiellement recensés à ce jour dans le pays.

L’ancienne république soviétique est frontalière de la Chine, et est devenu le premier pays à bénéficier d’une aide d’urgence du Fonds monétaire international (FMI) pour lutter contre la pandémie du Covid-19. Fin mars, le FMI a décidé d’octroyer environ 121 million de dollars (108,9 M€) au Kirghizstan à ces fins.

Image de Une : Ambassade de Chine au Kirghizstan