samedi, mai 18

Le président russe Vladimir Poutine va se rendre en Chine

La visite du président russe, Vladimir Poutine, sera la première depuis sa réélection en mars 2024, et la quatrième rencontre entre lui et le président chinois, Xi Jinping, depuis le début de l’invasion russe en Ukraine.

Vladimir Poutine se rendra en Chine afin d’obtenir de son « cher ami » Xi Jinping un plus net soutien à sa guerre en Ukraine, une visite annoncée ce 14 mai par la Chine et la Russie. Le dirigeant russe « effectuera une visite d’Etat en Chine du 16 au 17 mai », a annoncé une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Il s’agira du premier déplacement à l’étranger de Vladimir Poutine depuis sa réélection en mars 2024 et aussi de la quatrième rencontre entre les deux présidents depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, en février 2022.

En janvier 2022, avant le lancement de l’opération, Moscou et Pékin avaient affirmé que leur amitié était « sans limites ». Depuis, leur relation diplomatique et commerciale s’est renforcée.

« Le président Xi Jinping et le président Vladimir Poutine échangeront leurs points de vue sur les relations bilatérales, la coopération dans divers domaines, et les questions internationales et régionales d’intérêt commun », a précisé un autre porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, lors d’un point presse.

Alors que cette année marque le 75e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie, le Kremlin a indiqué que Xi Jinping et Vladimir Poutine évoqueraient leur « partenariat global et leur coopération stratégique ».

Ils « définir(ont) les domaines-clés de développement de la coopération russo-chinoise, tout en échangeant aussi leurs points de vue sur les questions internationales et régionales ».

De nombreux experts estiment que la Russie est de plus en plus dépendante de la Chine, devenue un partenaire économique crucial face aux très nombreuses sanctions occidentales décrétées en réaction à son offensive militaire.

Baisse des exportations entre la Chine et la Russie

Ces derniers mois, Pékin a balayé à plusieurs reprises les critiques occidentales sur ses liens avec Moscou, tout en profitant d’importations à prix cassé de gaz et de pétrole de son voisin. Mais sans vouloir pour autant renforcer son soutien.

« Les Russes veulent que la Chine fasse davantage pour les soutenir, ce que la Chine hésite à faire parce qu’elle ne veut pas compromettre ses relations avec l’Occident », a expliqué à l’Agence France Presse, Alexander Gabuev, directeur du Centre Carnegie Russie Eurasie.

Les échanges commerciaux sino-russes ont explosé depuis l’invasion de l’Ukraine et ont atteint 240 milliards de dollars (222 milliards d’euros) en 2023, selon les Douanes chinoises. Cependant, les exportations chinoises vers la Russie ont chuté en mars et avril 2024.

Les Etats-Unis menacent de sanctions les institutions financières soutenant l’effort de guerre russe. Or les banques chinoises craignent ces sanctions qui impacteraient une économie chinoise déjà fragile. Raison pour laquelle, les banques chinoises sont devenues récemment plus prudentes dans leurs transactions avec la Russie, les suspendant ou les réduisant.

« Les banques chinoises s’inquiètent de l’impact pour leur réputation et cherchent à éviter de grosses sanctions », a expliqué Elizabeth Wishnick, spécialiste des relations sino-russes au centre de réflexion américain CNA.

La Chine entre la Russie et les Etats-Unis

La Chine pourrait être réticente à renforcer sa coopération avec la Russie, car elle cherche à apaiser les tensions avec les Etats-Unis. « Si la Chine souhaite (…) maintenir le dégel, tactique, de ses relations avec les Etats-Unis et limiter la convergence américano-européenne en matière de politique à l’égard de Pékin, elle doit prendre au sérieux la menace américaine de sanctionner ses institutions financières », a indiqué Ali Wyne, du groupe de réflexion International Crisis Group.

Vladimir Poutine et Xi Jinping discuteront ainsi « probablement des moyens par lesquels Pékin pourrait soutenir Moscou de manière moins voyante, peut-être par l’intermédiaire de petites banques chinoises ou de canaux de financement non officiels », a estimé ce dernier.

Plusieurs experts estiment que cette nouvelle rencontre servira à réaffirmer l’étroite relation entre les deux dirigeants, à signer quelques accords et à plaider pour un renforcement des échanges commerciaux.

Vladimir Poutine est convaincu que Pékin est déterminé à soutenir Moscou et faire ainsi front commun face à ce que les deux pays dénoncent comme l’hégémonie américaine sur le monde, soulignent ces experts.

Les Russes ne sont pas « naïfs » et « savent très bien que les liens avec l’Occident sont très importants pour la Chine » a précisé Alexander Gabuev du Centre Carnegie Russie Eurasie. Mais ils sont « certains que la Chine ne les laissera pas tomber », souligne-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *