11,9 millions d’emplois ont été créés dans les zones urbaines en 2020, malgré la pandémie de Covid-19 qui a paralysé la Chine durant plusieurs semaines.

En Chine, le marché de l’emploi a progressivement retrouvé sa dynamique en 2020, avec près de 11,9 millions d’emplois urbains créés au cours de l’année, surpassant l’objectif fixé de 9 millions de nouveaux emplois, selon le ministère des Ressources humaines et de la sécurité sociale.

Le taux de chômage recensé dans les zones urbaines est tombé à 5,2 % au mois de décembre, après avoir enregistré un niveau historiquement élevé de 6,2 % au mois de février dernier.

«L’année 2020 a certainement été une année remarquable dans l’histoire de l’emploi, avec d’importants efforts engagés pour stabiliser le marché de l’emploi», a expliqué Zhang Ying, un responsable du Département de promotion de l’emploi affilié au ministère, au cours d’une conférence de presse en ligne.

Dans le cadre de la politique menée par la gouvernement pour faire face aux effets de l’impact négatif de la pandémie de Covid-19, le ministère a publié 28 nouvelles mesures en 2020, incluant la réduction de charge de 1540 milliards de yuans (196 milliards d’euros) pour les entreprises et les entrepreneurs ayant des assurances liées aux dotations, au chômage et aux accidents du travail.

Les autorités ont également prioriser les personnes en chômage de longue durée, et en situation de pauvreté, en les aidant à trouver un emploi stable : «nous nous sommes organisés pour que ces personnes autrefois en situation de pauvreté puissent travailler en-dehors de leur village d’origine et nous leur avons donné la priorité dans les campagnes de recrutement», a souligné Zhang Ying.

Le gouvernement a également mit en place des mesures économiques et politiques, ainsi qu’un grand nombre de ressources pour encourager l’entrepreneuriat et l’innovation. Le but est de soulager la pression sur l’emploi, notamment en relevant le plafond de crédit pour les entrepreneurs et en annulant un certain nombre de frais administratifs.

Cependant, le marché de l’emploi continue de faire face à un futur incertain du fait de la récente résurgence sporadique du Covid-19 et de l’environnement instable du commerce extérieur.

Chen Lixiang, le vice-doyen de l’Institut de recherche sur l’emploi de l’Université de Beijing, a estimé auprès du CIIE que les perspectives du marché de l’emploi en Chine devraient s’améliorer en 2021 «grâce à l’expérience du gouvernement dans le contrôle de l’épidémie», mais que «des défis subsistent».

«Au-delà de la pandémie, l’environnement actuel du commerce extérieur et les problèmes liés à la révolution technologique ont engendré des pressions sur le marché de l’emploi. […] La révolution technologique, à l’instar de l’ajustement de la structure économique, nécessite par exemple des employés plus compétents et exerce une pression plus importante et durable que des urgences comme le COVID-19», a expliqué Chen Lixiang.

Selon lui, toutes les mesures pouvant créer plus d’emploi pour les demandeurs d’emploi sont les bienvenues car «sur le court terme, le gouvernement peut accorder aux PME des mesures incitatives pour leur permettre de recruter davantage de personnel, notamment des travailleurs migrants, et adopter plus de mesures de soutien pour attirer plus d’entrepreneurs».

Tandis que «sur le long terme, il est d’une importance capitale de proposer aux travailleurs des formations leur permettant d’améliorer leurs compétences, afin d’améliorer leurs capacités à faire face aux risques possibles et de les aider à survivre à la révolution technologique», a précisé l’universitaire.