Li Keqiang, Premier ministre, a annoncé le renforcement des contrôles à l’entrée du territoire chinois et le dépistage des patients asymptomatiques.

A la suite d’une rencontre présidée Li Keqiang, le Comité central du PCC a décidé d’engager des mesures plus fortes pour empêcher l’importation de cas de COVID-19 par les points d’entrée terrestres du pays. Il a également été annoncé la réduction des traversées des frontières inutiles.

Concrètement des contrôles seront installés sur les voies de transport clés dans les zones frontalières. Les autorités locales devront mettre en place cette nouvelle mesure, affiner leurs plans d’endiguement et assurer la détection, le suivi et l’isolement précoces des patients, selon le communiqué de presse, publié à la suite de cette réunion.

Le gouvernement tient garder un œil les patients asymptomatiques par la mise en œuvre du dépistage, du suivi, de l’isolement et des mesures médicales, ainsi que par la gestion des contacts proches.

« La Chine va organiser une enquête épidémiologique sur les patients asymptomatiques à Wuhan, ainsi que dans d’autres parties de la province de Hubei et d’autres régions, afin d’en apprendre davantage sur le taux d’infection du virus et l’infectiosité des patients asymptomatiques », a indiqué le communiqué.

De plus, les résultats de ces recherches seront rendus publics, ce qui permettra également d’adopter des mesures d’endiguement plus scientifiques et plus ciblées, ont précisé les membres du comité centrale.

Outre les patients asymptomatiques, le gouvernement tient à appliquer des normes plus strictes sur les sorties des hôpitaux pour les patients soignés pour le COVID-19. « Les patients guéris doivent être placés en isolement pour observation médicale et subir des examens de suivi. Ceux qui sont à nouveau testés positifs doivent recevoir un traitement rapidement », a noté le communiqué.

Etant parvenu à endiguer l’épidémie, le gouvernement craint une seconde vague, venant des personnes revenant en Chine. Raison pour laquelle, des mesures particulières ont été promulguées, en dépit de la reprise de l’activité.

En effet, les autorités dans les zones à faible risque doivent promouvoir la reprise du travail et des services dans les bureaux et les lieux publics, comme les centres commerciaux, les marchés agricoles et les parcs avec des mesures complètes de ventilation, d’assainissement, de désinfection et de contrôle sanitaire.

Mais en parallèle, les grands rassemblements doivent être évités et la protection des groupes clés, comme les personnes âgées, les étudiants, les femmes enceintes et les jeunes mères, doit être augmentée.