La baisse des revenus des casinos de Macao, le plus grand centre de jeux d’argent du monde, pèse sur l’économie chinoise, obligeant des centaines d’entreprises à fermer leurs portes et faisant grimper le chômage à son plus haut niveau depuis 2009.

Macao a affiché le 1er juin l’un de ses pires revenus mensuels tirés des jeux d’argent depuis septembre 2020, une semaine après que le gouvernement de Macao a averti que la hausse du chômage et des tensions financières pourrait déclencher des conflits sociaux et déstabiliser la sécurité de la ville.

La région administrative spéciale est le seul endroit de Chine où il est légal de jouer dans les casinos. Dépendant des taxes sur les casinos, qui représentent plus de 80% des recettes publiques, Macao n’est pas parvenu à diversifier son économie.

« Nous sommes la ville la plus dépendante du tourisme au monde. Bien sûr, nous n’avions pas d’autres industries sur lesquelles nous pouvions nous reposer », a déclaré Glenn McCartney, professeur associé à l’Université de Macao.

Selon lui, « étant donné que nous ne nous sommes pas diversifiés pendant 20 ans. Ce n’est pas demain la veille que cela va se produire. Il n’y a pas de solution miracle. »

La dépendance de Macao au jeu a été révélé depuis le début de la pandémie de coronavirus, avec des taux de visite au premier trimestre qui ont chuté de plus de 80% par rapport à la même période en 2019 en raison des restrictions de voyage COVID-19.

Plus de 90% des visiteurs de Macao proviennent généralement de la Chine continentale, qui continue de mener une politique « zéro COVID ». Or les restrictions de déplacement ont entraîné une baisse de fréquentation de la région.

Ainsi, les revenus des jeux d’argent en mai ont chuté de 68% en glissement annuel pour atteindre 3,3 milliards de patacas (400 millions de dollars), et – bien qu’en hausse de 25% par rapport à avril 2022, ils restent loin des 26 milliards de patacas touchés en mai 2019.

Les six opérateurs de casino de Macao font face à des pertes de revenus quotidiennes et à une accumulation de dettes alors que les liquidités continuent de se tarir.

Les mesures prises par la Chine pour endiguer les sorties de capitaux et réformer l’industrie du junket, chargée de faire venir les flambeurs du continent, ont également eu des effets négatifs sur les revenus du jeu.

Les réductions de coûts et les pertes économiques progressives s’étendent à des secteurs, tels que le commerce de détail, l’industrie et les services commerciaux. Le taux de chômage des 600 000 résidents de Macao est passé à 4,5%, selon les derniers chiffres du gouvernement, contre 1,8% en 2019.

L’Emperor Entertainment Hotel a déclaré en avril qu’il fermerait son casino à partir du 26 juin, en raison d’un environnement commercial difficile et des perspectives sombres pour le segment des jeux haut de gamme.

Au moins sept autres casinos devraient cesser leurs activités d’ici le milieu de l’année 2022, ont rapporté les médias locaux. Pour l’Association économique de Macao, l’indice du climat des affaires local restera « médiocre » au cours des trois prochains mois.

Dans un rapport daté du mois d’avril, le Fonds monétaire international (FMI) a averti qu’il faudrait plusieurs années pour que l’économie de Macao retrouve son niveau d’avant la pandémie.

Le gouvernement de Macao a exigé des casinos, qui emploient des dizaines de milliers de personnes de la région, à ne pas licencier leurs employés. Au lieu de cela, certains opérateurs ont choisi de ne pas renouveler leurs contrats, ou ont proposé des congés sans solde ou des primes d’actions au lieu de donner des salaires complets.

Cloee Chan, militant d’un groupe de travailleurs à Macao, a déclaré que le manque de joueurs, associé à la fermeture des salons VIP et de certains casinos, représentait un défi majeur pour le marché du travail local.

« De nombreux travailleurs de l’industrie du jeu sont maintenant soit sous-représentés, soit licenciés », a-t-elle déclaré.