L’opposition géopolitique en cours entre la Chine et les États-Unis découragera les entreprises chinoises d’intégrer les bourses américaines, tandis que celles qui ont déjà des cotations aux États-Unis se tourneront vers l’est, déclare GlobalData, cabinet de données et d’analyse.

Le dernier rapport de GlobalData, «Thematic Research – TMT IPO themes», révèle que 25 entreprises chinoises de technologie, de médias et de télécommunications (TMT) ont terminé leurs introductions en bourse sur les bourses américaines en 2020.

Cependant, les développements géopolitiques signifient que l’avenir de certaines grandes entreprises chinoises aux États-Unis. Ces défis obligeront les entreprises chinoises de TMT à rester à l’écart des bourses américaines en 2021.

En mai 2020, le Sénat américain a adopté le projet de loi Kennedy-Van Hollen, qui pourrait retirer des entreprises de la liste noire si elles ne peuvent pas prouver qu’elles ne sont pas influencées par leurs gouvernements.

En décembre 2020, le président Donald Trump a signé le «Holding Foreign Companies Accountable Act», qui obligera les entreprises à prouver qu’elles ne sont ni détenues ni contrôlées par un gouvernement étranger et autorise le Public Accounting Oversight Board des États-Unis à examiner leurs audits financiers.

Le 6 janvier 2021, la Bourse de New York a annoncé son intention de radier plusieurs grandes entreprises de télécommunications chinoises, notamment China Mobile, China Telecom et China Unicom. Cela faisait suite à un ordre précédent du président Trump interdisant aux entreprises et aux particuliers d’investir dans des entreprises qui auraient aidé l’armée chinoise.

Swati Verma, chef de projet associé pour la recherche thématique chez GlobalData, a expliqué que «ces politiques créent des problèmes pour les entreprises basées en Chine et à Hong Kong qui ne se négocient actuellement que sur les marchés boursiers américains. En conséquence, ces entreprises recherchent maintenant des listes ailleurs. La cotation secondaire d’Alibaba à Hong Kong en novembre 2019 en est un bon exemple. Par la suite, JD.com et NetEase ont également terminé leurs listes secondaires à Hong Kong en juin 2020».

Swati Verma a indiqué que «GlobalData s’attend à ce que davantage d’entreprises chinoises se dirigent vers leur marché intérieur en 2021. Parmi celles qui sont en préparation, citons les inscriptions à Hong Kong de Bilibili et Pinduoduo. Les perspectives semblent sombres pour les entreprises chinoises qui souhaitent s’inscrire sur le marché américain. Cependant, avec un nouveau président en place, nous devrons attendre de voir l’impact sur les relations américano-chinoises et si cela modifie les récentes annonces de politique envers les entreprises chinoises».