Le président Xi Jinping a rencontré ses homologues d’Asie centrale et leur a assuré de tout son soutien et sa coopération. Les réunions entre Xi Jinping avec ses homologues d’Asie centrale dans la ville historique de Samarcande en Ouzbékistan ont tous réitéré leur engagement envers le « principe d’une seule Chine« . De son côté, le président chinois soutenait la souveraineté des nations d’Asie centrale.

Lors de son premier voyage à l’étranger depuis janvier 2020 après la fermeture des frontières par la pandémie de Covid-19, Xi Jinping a rencontré les présidents de l’Ouzbékistan, du Kirghizistan, du Turkménistan et du Tadjikistan, suite à une visite d’État au Kazakhstan.

Le président chinois a réitéré de travailler avec toutes les parties de l’OCS pour « faire avancer l’esprit de Shanghai, approfondir la coopération mutuellement bénéfique et promouvoir le développement sain et régulier de l’OCS ».

Le soutien de ces pays asiatiques au principe d’une seule Chine survient au milieu des tensions dans le détroit de Taïwan depuis début août, lorsque la présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, s’est rendue à Taïwan provoquant la colère de Pékin, qui a lancé des exercices militaires massifs autour de l’île autonome.

Le Kirghizistan soutient le principe d’une seule Chine

« Le Kirghizistan respecte fermement le principe d’une seule Chine, maintient fermement que Taiwan est une partie inaliénable de la Chine et soutient fermement la position de la Chine sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de la Chine, telles que les questions liées à Taiwan, au Xinjiang et à Hong Kong », a déclaré le président kirghize Sadyr Zhaparov a déclaré à Xi Jinping à Samarkand le 15 septembre.

Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, le Kirghizistan s’est dit « prêt à travailler avec la Chine pour renforcer la coopération dans les domaines de l’économie et du commerce, des chemins de fer, du COVID-19 et de la sécurité, entre autres domaines, et approfondir le partenariat stratégique global entre le Kirghizistan et la Chine ».

« La partie kirghize travaillera en étroite collaboration avec la partie chinoise pour faire de l’OCS un point d’ancrage pour la sécurité et la stabilité en Asie centrale et sauvegarder conjointement la sécurité et la stabilité régionales », a déclaré Sadyr Zhaparov.

Lors d’une réunion bilatérale avec son homologue kirghize, Xi Jinping a déclaré que la Chine « soutient la voie de développement choisie de manière indépendante par le Kirghizistan, soutient le Kirghizistan dans la défense de l’indépendance, de la souveraineté et de la sécurité nationales et s’oppose à l’ingérence dans les affaires intérieures du Kirghizistan par toute force extérieure sous quelque prétexte que ce soit ».

Xi Jinping, un ami du Kazakhstan

« La Chine a été et sera toujours un ami et un partenaire en qui le Kirghizistan peut avoir confiance et sur qui compter », a assuré le président chinois. Ce dernier s’est rendu le 14 septembre à Nour Sultan, au Kazakhstan, où il a été reçu par son homologue Qasym-Jomart Toqayev.

Après une grande réception, Xi Jinping a reçu l’Ordre de l’Aigle royal, ou Ordre « Altyn Qyran » par Toqayev au Palais présidentiel Ak Orda à Nur Sultan. Dans un discours prononcé pour l’occasion, Qasym-Jomart Toqayev a dit « apprécié le rôle historique et la grande contribution du président Xi Jinping à la consolidation de l’amitié entre les deux peuples et à la promotion du développement des relations Kazakhstan-Chine, affirmant que sa visite d’aujourd’hui entrera certainement dans l’histoire des relations Kazakhstan-Chine ».

Assurant le soutien mutuel en matière d’intégrité territoriale, la partie kazakhe a déclaré que Taiwan était « une partie inaliénable du territoire chinois » et qu’elle « s’oppose à » l’indépendance de Taiwan « sous toutes ses formes et soutient le développement pacifique des relations inter-détroit ainsi que tous les efforts déployés par le gouvernement chinois à réaliser la réunification pacifique de la Chine ».

Lire aussi : L’OCS continuera de promouvoir la sécurité, la stabilité et la prospérité mondiales

Cette année marque 30 ans de relations diplomatiques entre la Chine et Kazakhstan. « Les deux pays ont convenu d’assurer une exploitation et un approvisionnement stables à long terme de l’oléoduc Chine-Kazakhstan et de la section kazakhe du gazoduc Chine-Asie centrale, de continuer à approfondir la coopération dans le domaine du pétrole, du gaz et de l’uranium, et d’élargir la coopération dans une nouvelle énergie », a indiqué le communiqué conjoint.

Le texte a ajouté que les deux pays sont « prêtes à promouvoir activement la synergie entre l’initiative ‘la Ceinture et la Route’ et la nouvelle politique économique ‘Route lumineuse’ du Kazakhstan, afin de donner une forte impulsion au commerce transfrontalier de biens et de services et de profiter au peuple des deux pays ».

La Chine et l’Ouzbékistan lance un nouveau chapitre

Xi Jinping a atterri le 14 septembre dans la soirée à Samarcande où il a été reçu par le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev. Ce dernier a indiqué que « la visite d’État historique du président Xi Jinping en Ouzbékistan, qui permettra certainement de consolider l’amitié traditionnelle entre les deux pays, de tracer la direction de la coopération future et de porter le partenariat stratégique global entre l’Ouzbékistan et la Chine à un nouveau niveau, d’injecter une nouvelle vitalité et d’ouvrir un nouveau chapitre ».

Le président chinois a déclaré que l’amitié entre la Chine et l’Ouzbékistan et nos peuples « regorge toujours de vigueur et de vitalité ». « Le partenariat stratégique global Chine-Ouzbékistan s’est engagé sur la voie rapide du développement. Cela a non seulement profité à nos deux peuples, mais a également donné une forte impulsion à la paix, à la stabilité, à la prospérité et au développement de la région », a déclaré Xi Jinping.

À la suite de leur rencontre, les deux chefs d’État ont signé et publié la Déclaration conjointe de la Chine et l’Ouzbékistan. Les départements concernés des deux pays ont signé plusieurs documents de coopération dans les domaines de l’agriculture, de l’économie numérique, du développement vert, de la culture, des localités et des médias.

Le gaz au coeur des échanges entre la Chine et Turkménistan

Lors de sa rencontre avec le président turkmène Serdar Berdimuhamedov, Xi Jinping a déclaré que « la Chine envisage toujours les relations sino-turkménistanaises dans une perspective stratégique et à long terme, respecte la voie de développement choisie indépendamment par le Turkménistan qui convient à ses propres conditions nationales et s’oppose à toute ingérence extérieure dans Les affaires intérieures du Turkménistan et le processus de stabilité et de développement ».

Xi Jinping a souligné que les deux pays « devraient accroître le volume et l’ampleur de la coopération gazière afin d’insuffler un nouvel élan au développement et à la revitalisation. Les deux parties devraient accélérer la coopération dans les autres domaines que les ressources naturelles et promouvoir l’harmonisation de la construction de l’initiative ‘Ceinture et Route’ avec la stratégie turkmène de ‘Renaissance de la Route de la Soie' ».

Le président chinois a déclaré qu’ils devaient « augmenter la taille et l’échelle de la coopération dans le domaine du gaz naturel et donner un nouvel élan au développement et à la revitalisation des deux pays ».

Xi Jinping a également insisté sur la nécessité « d’accélérer la coopération dans les domaines autres que les ressources et de mettre en synergie l’initiative « la Ceinture et la Route » (ICR) avec la stratégie du Turkménistan pour relancer la Grande Route de la Soie ».

De son côté, Serdar Berdimuhamedov a dit attacher « une grande importance au partenariat stratégique entre le Turkménistan et la Chine et souhaite approfondir la coopération mutuellement bénéfique avec la Chine dans divers domaines tels que le commerce et l’économie, le gaz, le transport transfrontalier et les sciences humaines, etc ».

Le Turkménistan « soutient fermement le principe d’une seule Chine et la partie chinoise dans la sauvegarde de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale. La partie turkmène épaule une série d’initiatives majeures proposées par la Chine, qui contribuent au maintien de la paix et de la sécurité internationales et à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies ».

Le Tadjikistan soutient « fermement la position de la Chine »

Lors de sa rencontre avec le président tadjik Emomali Rahmon, Xi Jinping a assuré que « la Chine soutient fermement la partie tadjike dans la sauvegarde de l’indépendance, de la souveraineté et de la sécurité nationales, et sera toujours son voisin, son ami et son partenaire en qui le Tadjikistan pourrait avoir confiance et sur lequel il peut compter ».

Alors que « la situation internationale et régionale est en train de connaître des changements profonds et complexes, et la Chine et le Tadjikistan devraient continuer à se soutenir fermement pour obtenir des résultats plus substantiels dans les relations Chine-Tadjikistan », a indiqué Xi Jinping.

Pour sa part, « le Tadjikistan adhère fermement au principe d’une seule Chine, croit fermement que Taïwan est une partie inséparable du territoire de la Chine. Il continuera à soutenir fermement la position de la Chine sur les questions d’intérêts fondamentaux ».

Le président tadjik, Emomali Rahmon, a assuré que « la Chine est non seulement un bon ami du Tadjikistan, mais elle est également son partenaire stratégique important. Le Tadjikistan espère renforcer des contacts étroits de haut niveau avec la Chine, s’inspirer de l’expérience de développement de la Chine, renforcer la coopération pragmatique dans les domaines tels que le commerce et l’économie, l’agriculture, le transport, la capacité de production et l’économie verte, et porter les relations Chine-Tadjikistan à un nouveau niveau. »