Les prêteurs chinois ont accordé au moins 7,6 milliards de dollars (6,84 milliards d’euros) d’allégement de la dette aux pays, principalement touchés par la pandémie de Covid-19.

Pour tout savoir des relations entre la Chine et l’Afrique

D’après le South China Morning Post, les pays africains, en difficulté pendant la pandémie de coronavirus, sont les premiers à bénéficier de cet allègement.

Selon une nouvelle analyse de données réalisée par des chercheurs de la China Africa Research Initiative (CARI) de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies, la majeure partie de cette aide – environ 6,2 milliards de dollars (5,58 mds €) – était allouée à l’Angola et était fournie par la Banque chinoise de développement (CDB) et la Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC).

L’Angola a reçu environ un tiers de tous les prêts consentis par la Chine aux pays africains au cours des deux dernières décennies. CARI a indiqué que les prêteurs chinois avaient fourni un allégement de la dette en 2020 et 2021 via trois canaux: l’Initiative de suspension du service de la dette du Groupe des 20 (DSSI) pour aider 37 pays pauvres à faire face à la pandémie; par l’annulation de la dette dans le cadre du Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC); et secours ad hoc des banques commerciales.

Outre la CDB et l’ICBC, les deux créanciers bilatéraux officiellement désignés par la Chine – Export-Import Bank of China (Eximbank) et China International Development Cooperation Agency (CIDCA) – ont également accordé un allégement de la dette.

D’ailleurs, la Chine a annulé un prêt de 23 millions de dollars (20,7 M€) contacté en 2005 par la Guinée, en raison de deux épidémies impactant négativement son économie. Pour atténuer l’impact de la double crise sanitaire « COVID-19 et Ebola » sur l’économie guinéenne, la Chine a aussi décidé d’offrir à Conakry un don sans contrepartie de 70 millions de yuans (9,1 M€), pour l’étude et la réalisation des projets définis par les deux parties.

A la demande du gouvernement guinéen, les modalités de cet accord feront l’objet d’autres accords à signer entre les deux parties. Après la signature des accords, le ministre guinéen des affaires étrangères, Ibrahima Kalil Kaba, a précisé que « c’était pour concrétiser une annonce qui a été faite il y a quelques semaines suite à une rencontre portant sur certains mécanismes d’allégement de la dette. Dans le cas guinéen, il y a un prêt qui a été contracté en 2005 et qui vient d’être annulé et qui s’élève à 23 millions Usd. Mais la Chine, voyant les effets de la pandémie sur notre économie, a bien voulu octroyer un don d’à peu près 11 millions de dollars à utiliser par la partie guinéenne sur des projets à impacts sociaux ».