Selon un rapport publié par la principale plate-forme de livraison de nourriture chinoise, Meituan, entre janvier et septembre 2019, les commandes de produits alimentaires légers ont augmenté de 98% d’une année sur l’autre.

Les médias attestent que la nouvelle tendance contraste avec les habitudes alimentaires des chinois, car de grandes quantités de viande et de glucides sont généralement favorisées sur les tables.

D’ailleurs, en 1961, l’apport calorique quotidien par habitant dans toute la Chine était inférieur à 1 500 kilocalories. Un homme adulte a besoin d’environ 2 000 kilocalories par jour, comme l’atteste l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Interrogé par Le Quotidien du Peuple, une habitante de Yinchuan de 43 ans, se souvient que pendant son enfance, manger un biscuit était un luxe, les légumes et la viande étaient rares, et la famille se contentait de légumes salés et de petits pains cuits à la vapeur.

«La génération de mon père a connu la famine et a souvent parlé de la grave pénurie alimentaire dans leur enfance», a expliqué cette dernière. Cependant, avec l’amélioration de la qualité de vie, de nombreux chinois peuvent satisfaire leurs envies de viande et de glucides.

Cette situation a engendré de l’obésité qui est aujourd’hui devenue un problème de plus en plus sérieux. Selon un rapport officiel sur la nutrition et les maladies chroniques des chinois publié en décembre 2020, les taux de surpoids et d’obésité des chinois âgés de 18 ans et plus sont respectivement de 34,3% et 16,4%.

Lire aussi : L’obésité touche la moitié des adultes chinois en Chine

Conscient que la nourriture grasse pèse sur la santé, les chinois se tournent vers une alimentation plus saine. D’ailleurs, avec l’épidémie de Covid-19, les chinois se sont sensibilisés à un autre mode de consommation, plus adapté à leur santé. De plus en plus de chinois commencent donc à adopter des modes de vie auto-disciplinés.

Dans les six mois qui ont suivi le confinement initial du Covid-19 en Chine, certains restaurateurs ont réalisé des ventes égales à celles de l’ensemble de 2019, ils s’attendent à ce que la demande de repas légers continue d’augmenter.