Le ministère malgache du Tourisme et  la société chinoise de vol Charter, Ankeyunda Air Service, ont signé, le 2 juin, une convention visant à ouvrir  une ligne aérienne directe reliant la Chine et Madagascar.

Cette signature a été faite lors de la 5ème édition de l’International Tourism Fair Madagascar (ITM 2016), en présence des opérateurs touristiques œuvrant dans la Grande île. Le but de ce partenariat est de promouvoir la destination Madagascar, en Chine et dans les pays asiatiques.

Ankeyunda Air Service

Ankeyunda Air Service

Wang Haidong Derek, chargé de projet d’Ankeyunda Air Service, a expliqué que cette convention va promouvoir Madagascar comme destination touristique phare sur le marché chinois, selon le site NewsMada. « Nous espérons obtenir un succès assez retentissant dans un futur proche« , a souligné ce dernier.

Pour Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme, « bien évidement, notre but à tous c’est d’enregistrer le maximum de touristes. Mais comme nous le savons, les services offerts par certaines compagnies aériennes sont plus ou moins limités et la compagnie nationale est en souffrance ».

"La Chine est l’un des premiers pays qui envoient le plus grand nombre de touristes dans le monde"

« La Chine est l’un des premiers pays qui envoient le plus grand nombre de touristes dans le monde »

« Ainsi, il faut faire en sorte que nous puissions faire venir un avion directement de Chine à Madagascar dans la mesure où la Chine est l’un des premiers pays qui envoient le plus grand nombre de touristes dans le monde« , a ajouté ce dernier.

Malgré ces bonnes volontés, de nombreux défis attendent les dirigeants malgaches. Outre la campagne de promotion qui devrait se faire dans les prochains jours pour attirer les touristes chinois, le gouvernement doit résorber le manque d’infrastructures d’accueil ou encore le manque de coordination entre les différentes entités, selon L’Express de Madagascar.

« Nous avons besoin de mesures incitatives pour rénover notre parc hôtelier. Et par incitatives, nous pensons notamment aux mesures fiscales. L’accès au crédit constitue également un vrai parcours du combattant. Nous demandons aussi un fonds de garantie« , a expliqué Joel Randriamandranto, président de l’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM) dans son discours lors de l’ouverture du salon International Tourism Fair Madagascar (ITM) à Anosy.

Face à la réduction du nombre de touriste dans l’île, les autorités ont lancé un « plan de bataille« , comprenant – entre autre – l’élaboration d’un plan national du tourisme ou encore des campagnes de promotion de la destination Madagascar.