Lin Fengmian, peintre moderne, a été l’un des premiers artistes chinois à étudier en France de 1918 à 1925. Artiste chinois exceptionnel, il a des racines à l’île Maurice, raison pour laquelle, il est exposé à l’occasion de la célébration des 5 ans du centre commercial de Grand Baie Coeur de Ville.

« Tremplins entre l’Asie et l’Occident, les œuvres de Lin Fengmian sont aujourd’hui une référence mondiale« , assure le quotidien mauricien La Sentinelle.

Artiste chinois avec des racines mauriciennes

L’Association pour les échanges culturels entre l’Orient et l’Occident, l’Association de recherche sur Lin Fengmian de Meizhou, avec la collaboration du Centre culturel chinois et l’Institut français de Maurice, organisent du 18 septembre 2017 au 28 février 2018 une exposition intitulée East Meets West : The Spirit of Lin Fengmian.

« Nous avons choisi d’exposer des reproductions des oeuvres de Lin Fengmian parce qu’il cadre bien avec la philosophie des échanges entre l’Orient et l’Occident« , a expliqué Kwang Poon, fondateur de l’Association pour les échanges culturels entre l’Orient et l’Occident.

Pour ce dernier, l’île Maurice est « un pays de peuplement et convient parfaitement à ce genre d’exposition. C’est aussi l’occasion de découvrir cet artiste de renom, qui a des racines à Maurice. Lin Fengmian était le frère de François Lim, père du photographe et auteur mauricien Philippe Lim ».

Une vingtaine de reproductions en grand format des œuvres de Lin Fengmian, seront accrochées à différents endroits du centre commercial.

Un parcours européen de renom

Né en 1900 en Chine, Lin Fengmian a fait ses études aux Beaux-arts à l’École nationale des Beaux-Arts de Dijon, actuelle École nationale supérieure d’art de Dijon. Il intègre ensuite l’atelier Fernand Cormon à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, puis se rend en Allemagne pour un voyage d’études.

Lin Fengmian « s’est imprégné alors des techniques européennes, ce qui a donné à ses oeuvres une touche particulière reflétant à la fois les techniques chinoises et les mouvements et pensées européens de l’époque« , a expliqué Kwang Poon.

Ce dernier a expliqué que « si les œuvres chinoises sont souvent remarquées pour leur absence de couleurs, leur forme rectangulaire ou en rouleaux et l’abondance de blanc, celles de Lin Fengmian abonde en couleurs et ses peintures remplissent les tableaux« .

Pionnier de la peinture moderne chinoise

À son retour en Chine en 1925, Lin Fengmian a été nommé directeur de la BeipingVocational Art School. Trois ans plus tard, il a fondé la National Academy of Art (China Academy of Art), à Hangzhou.

Durant la grande Révolution culturelle, plusieurs de ses œuvres sont détruites. Après avoir été dénoncé par la Bande des Quatre, Lin Fengmian détruit lui-même ses tableaux, ce qui ne l’empêche d’être condamné à plus de quatre ans de prison.

Autorisé à quitter le pays en 1977, il s’installe à Hong Kong où il se remet à la peinture. Mort en 1991, Lin Fengmian est connu comme le pionnier de la peinture moderne chinoise. Son style vise à réunir l’art chinois et occidental.