Le tourisme chinois en Corée du Sud continue sa descente depuis mars 2017, suite au différend entre Beijing et Séoul vis-à-vis du déploiement du système de missiles antibalistiques américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense).

Selon le ministère sud-coréen de la Défense, le THAAD vise à faire face à la menace grandissante de la Corée du Nord. Mais ce déploiement a soulevé une forte contestation du ministère chinois des affaires étrangères. Le déploiement du système THAAD en Corée du Sud s’est achevé le 6 septembre.

Déploiement terminé du THAAD, la Chine conteste

Le tourisme est affecté par ce conflit entre les deux pays. D’après les données de l’Agence nationale du tourisme de Corée (KTO pour Korea Tourism Organization), le nombre de voyageurs chinois en Corée du Sud en juillet était de 281 263, soit une diminution de 69,3 % en glissement annuel.

Entre mars et juin, la baisse en glissement annuel du nombre de touristes chinois en Corée du Sud s’est située entre 40 et 60 %, selon la KTO. Le nombre combiné de visiteurs chinois entre janvier et juillet était de 2,53 millions, soit 46,5 % de moins que pour la même période en 2016. Cette chute s’explique par l’interdiction du gouvernement chinois d’organiser des voyage de groupe en Corée du sud.

Selon l’industrie sud-coréenne du tourisme, 60% des touristes chinois s’étant rendus en Corée du Sud depuis le mois de mars sont des voyageurs individuels. La moitié d’entre eux visite habituellement le pays par le biais d’agences de voyages, et les 40% restants s’y sont rendus en voyages organisés.

En 2016, le nombre combiné de touristes chinois s’étant rendus en Corée du Sud avait dépassé les 8 millions, selon les données de la KTO. l’attirance des chinois pour la Corée du sud vient de des prix raisonnables pratiqués dans les magasins sud-coréens, et de la culture populaire du pays.

Interrogé par le CIIC, Zhang Lingyun, le directeur de la Faculté de développement du tourisme de la Beijing Union University, a expliqué qu’au-delà « de la question du THAAD, la baisse du tourisme en Corée du Sud peut également être attribuée à la perte de son soft power en Chine, qui était soutenue par les tendances associées aux pop stars et aux séries télévisées ».

Selon un rapport du secteur publié le 1er août par l’Académie du tourisme de Chine et le fournisseur chinois de services touristiques Ctrip, les touristes chinois se sont tournés vers le Japon, qui est devenu la ème place en nombre de visites sur la liste des destinations extérieures privilégiées par les touristes chinois.

« En termes de shopping, d’expérience culturelle et de proximité géographique, le Japon représente [la destination de] remplacement la plus puissante pour la Corée du Sud. Le pouvoir d’achat des consommateurs chinois ne cesse de croître et les tendances de consommation deviennent plus matures et rationnels, mais le tourisme sud-coréen n’a pas suivi cette transition« , a expliqué Zhang Lingyun.