Pointé du doigt pour avoir relancer des usines à charbon et avoir augmenter ses importations de cette énergie fossile, la Chine a dit rester « engagée à atteindre son pic de carbone et la neutralité carbone malgré les récents revers dans les efforts mondiaux de réduction du carbone, alors que certains pays se sont repliés sur les centrales à charbon pour faire face à une pénurie d’énergie ».

Liu Dechun, un responsable de la Commission nationale du développement et de la réforme, a indiqué que « la transformation à bas carbone n’est pas une promenade de santé ».

Ce dernier a souligné lors d’une conférence de presse que la Chine intégrera les objectifs en matière de carbone dans l’ensemble du processus de protection de l’environnement et de développement économique et social.

De plus, la Chine « poursuivra la transformation écologique et à bas carbone de ses sources d’énergie, améliorera ses industries pour renforcer l’efficacité énergétique et stimulera les innovations dans les technologies vertes ».

La Chine a célébré le 2e anniversaire de l’engagement de la Chine à atteindre le pic de ses émissions de carbone d’ici 2030 et à réaliser la neutralité carbone d’ici 2060.

Dans le cadre de ces engagements, Liu Dechun a assuré que « cette cause a bien commencé« . D’autant que la Chine a lancé un marché national du carbone en juillet 2021 et avait enregistré des transactions cumulées de 195 millions de tonnes de quotas d’émissions de carbone d’une valeur de près de 8,6 milliards de yuans (environ 1,2 milliard de dollars) le 14 septembre.

Lire aussi : La Chine renforce les règles relatives aux obligations vertes

D’ailleurs, lors de la conférence de presse le 15 septembre, le ministre de l’Ecologie et de l’Environnement Huang Runqiu a réaffirmé les objectifs de la Chine de parvenir à un pic d’émissions de CO2 avant 2030 et d’atteindre la neutralité carbone avant 2060.

Il a déclaré que « pour atteindre le pic de carbone et la neutralité carbone, il faut résoudre les problèmes en suspens de contraintes liées aux ressources et à l’environnement et réaliser le développement durable de la nation chinoise, et c’est pourquoi nous sommes déterminés à atteindre les objectifs », soulignant qu’il s’agit également d’un engagement solennel à construire une communauté de destin pour l’humanité, et que la Chine tiendra cette promesse.

Ce dernier a expliqué qu’au cours de la dernière décennie, la Chine a connu une optimisation des réglementations et de la supervision de la protection de l’environnement, a également recherché une voie de développement vert de haute qualité et s’est profondément engagé dans la gouvernance mondiale de la biodiversité, citant la modification de 25 lois relatives à l’environnement, couvrant des domaines comme l’air, l’eau, le sol, les déchets solides et la pollution sonore, ainsi que la protection du fleuve Yangtsé, des zones humides et des terres noires.