« Des mesures opportunes et efficaces de prévention et de contrôle de l’épidémie ont contribué à normaliser l’ordre économique et social, ouvrant la voie au développement », selon un haut responsable.

C’est ainsi que Ning Jizhe, chef adjoint de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) a expliqué comment la Chine est parvenue à relancer son économie et lutter contre l’épidémie de Covid-19.

En effet, la Chine est devenue la première grande économie à renouer avec la croissance après l’impact du COVID-19. Ainsi, « après avoir progressivement maîtrisé l’épidémie, le gouvernement chinois a adopté plus de 90 politiques pour stimuler la reprise du travail et de la production et stabiliser les chaînes industrielle et d’approvisionnement ».

Le gouvernement a décidé d’introduire de vastes mesures pour stimuler la vitalité du marché, parmi lesquelles davantage de dépenses budgétaires, l’allégement fiscal et des réductions des taux de prêt et des réserves obligatoires des banques, a ajouté Ning Jizhe.

D’après Ning Jizhe, « les priorités du gouvernement en matière de stabilisation du marché du travail et de garantie des moyens de subsistance de la population ont contribué à maintenir la stabilité sociale ».

Le gouvernement va également lancer de nouveaux moteurs de croissance, dont l’économie numérique et de nouvelles infrastructures, ayant joué un rôle plus important dans la stimulation de la croissance de ces derniers mois.

« Des réformes plus approfondies et l’expansion de l’ouverture, y compris la rationalisation des procédures administratives et la réduction des barrières du marché, ont stabilisé les attentes, le commerce extérieur et les investissements », d’après Ning Jizhe.

Dans le contexte d’efforts fondamentaux pour stimuler la croissance, la reprise économique de la Chine s’est accélérée, le produit intérieur brut (PIB) ayant augmenté de 4,9% sur un an au troisième trimestre, plus rapidement que la croissance de 3,2% au deuxième trimestre, selon les données officielles.

Au cours des trois premiers trimestres, le PIB du pays a augmenté de 0,7% en glissement annuel, retrouvant la croissance après la contraction de 1,6% au premier semestre et la baisse de 6,8% au premier trimestre.