Un artiste chinois et un policier gay ont lancé une campagne de protestation publique de manière inhabituelle et audacieuse. Ils ont utilisé des camions rouge vif portant des slogans dénonçant la « thérapie de conversion ».

L’artiste Wu Qiong a déclaré que la manifestation avait été inspirée par le film de 2017 « 3 Billboards: Les panneaux de la vengeance », dans lequel une mère de famille en colère – interprétée par l’actrice Frances McDormand – fait afficher trois panneaux accusateurs pour interpeller la police après le viol et le meurtre non élucidé de sa fille.

Interpeller l’opinion

« Three Billboards visait à soulever et à remettre en question des problèmes non résolus. Nous voulions également utiliser ce format pour émettre des doutes (sur la thérapie de conversion, ndlr) », a expliqué Wu, 28 ans, à l »Agence France Presse.

Habitant à Shenzhen, Wu a affirmé qu’il n’est pas homosexuel, au contraire de son associé, M. Lin. Les deux hommes compte organiser la campagne dans huit villes. La première campagne a démarré le 12 janvier à Shanghai.

La Chine a retiré l’homosexualité et la bisexualité de la liste officielle des « maladies mentales » en 2001, mais la terminologie officielle inclut toujours de vagues références aux « troubles de l’orientation sexuelle ».

Pour en savoir plus notre dossier sur la lutte des LGBTQ

Certains parents font pression sur leurs enfants homosexuels pour qu’ils « corrigent » leur orientation, notamment par le biais d’une thérapie de conversion.

Cette méthode est largement remise en question dans le pays. En 2017, un tribunal a ordonné à un hôpital psychiatrique d’indemniser un homme homosexuel contraint de suivre un traitement de conversion.

A lire aussi : Un homosexuel interné remporte son procès

Le « traitement » inclurait des électrochocs, une séquestration, des menaces de violence et des pressions sur les patients pour qu’ils prennent des médicaments non identifiés.

Faire parler pour se faire comprendre

Les premiers camions ont fait le tour de Shanghai avant de se rendent à Nanjing, le 14 janvier. Une apparition à Beijing est prévue plus tard. Des véhicules distincts sont loués sur chaque site en raison des restrictions imposées à la circulation des camion inter-urbain.

Pour le moment, M. Wu a indiqué que le projet n’avait encore rencontré aucun obstacle. Son compte Weibo reste bloqué.

De nombreux militants homosexuels observent une atténuation de l’opposition sociale à l’homosexualité, mais les autorités bloquent toujours systématiquement les événements ayant pour thème l’homosexualité.

Les activistes se plaignent de la ligne dure du gouvernement, notamment sur les réseaux sociaux, où les administrations purgent les contenus et interdisent les séries et films sur le sujet, les considérant « malsains« .

« En Chine, l’espace réservé à l’opinion publique sur des sujets liés aux LGBT devient de plus en plus réduit. Nous voulons devenir un canal pour communiquer avec le public« , a déclaré Wu.

Ce dernier a indiqué que le projet avait généré environ 20 000 yuans (3 000 dollars) de dons. Il espère lever le triple pour payer les chauffeurs et le carburant. « Notre objectif ultime est que davantage de gens parlent de cela« , a déclaré Wu.