Relations sino-africaine : le «rêve chinois» et l’Afrique

par | Août 14, 2021 | Coin des Idées, Yoro Diallo

Le 1er juillet 2021, des millions de personnes à travers le monde ont suivi les activités marquant la commémoration du 100ème anniversaire de la fondation du Parti Communiste Chinois (PCC).

Cliquez sur l’image pour en lire plus

En marge de ce grand évènement, le PCC a organisé un sommet qui a été l’occasion pour le Secrétaire général Xi Jinping et plus de 500 leaders de Partis et Organisations politiques, de près de 10 000 Représentants de Partis politiques de plus de 160 pays, d’échanger sur le thème : «Pour le bien-être des peuples: la responsabilité des Partis politiques».

Le Parti Communiste Chinois fait énergiquement face à la responsabilité qu’il s’est assignée dès sa fondation en 1921. Il s’agit d’œuvrer pour le bonheur du peuple chinois. Depuis son élection comme Secrétaire général du PCC en 2012, les discours et interventions de Xi aident aisément à comprendre cette noble responsabilité qui n’est autre que la réalisation du «rêve Chinois».

A la suite de son élection en 2012, lors de la visite de l’exposition intitulée «Les voies du redressement» qui retrace l’histoire, relate le présent et dessine le futur de la Chine, Xi Jinping a donné un éclairage sur le rêve chinois en ces termes: «Chaque personne a ses idéaux, ses aspirations, un rêve qu’elle voudrait réaliser. Aujourd’hui, tout le monde parle du rêve chinois».

Selon moi, réaliser le grand renouveau national incarne le plus grand rêve des chinois depuis le début de l’ère moderne. Il porte les espérances de plusieurs générations de compatriotes, reflète l’intérêt de toute la nation et de tout le peuple et est partagé par tous les enfants de la nation. Notre histoire nous a appris que l’avenir et le sort de chacun sont étroitement liés à ceux du pays et de la nation.

Bref, les chinois ne pourront vivre bien que lorsque l’État et la nation se porteront bien. La réalisation du grand renouveau de la nation chinoise est le rêve le plus ambitieux du peuple chinois depuis les temps modernes.

Le contenu majeur du «rêve chinois» est le bonheur du peuple et le renouveau de la nation chinoise. Pour faire de ce rêve une réalité, «il faut suivre la voie chinoise, promouvoir l’esprit chinois et rassembler les forces de la Chine… Le «rêve chinois» recherche non seulement le bonheur du peuple chinois, mais aussi celui des autres peuples du monde. Pour mener à bien sa réalisation, chaque chinois doit travailler dur et accomplir des actions concrètes».

La réalisation du rêve chinois est étroitement liée à l’esprit chinois dont le noyau est le patriotisme. Le patriotisme chinois n’est ni un nationalisme étriqué, ni un égocentrisme béat.

L’attachement à la réalisation de ce rêve a permis au peuple chinois de réussir la construction d’une société de moyenne aisance, de réaliser des miracles, humains, dont l’éradication complète de l’extrême pauvreté en Chine. Le contenu du rêve chinois demeure dans les objectifs des deux centenaires définis par le PCC : réaliser une société «modérément prospère» à l’horizon 2021 (objectif atteint) et à la réalisation d’un «pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, civilisé et harmonieux» à l’horizon 2049, centième anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine.

Pour la Chine, il ne s’agit pas de revendiquer l’exception, mais au contraire de rétablir la normalité. Dans l’histoire, la Chine a été une puissance dans le monde. Il est donc normal, après des péripéties créées par l’Occident qu’elle retrouve sa juste place sur la scène internationale. Sur cette voie, la Chine ne se présente pas en nation belliqueuse. Elle met en avant son aspiration à l’harmonie aussi bien au sein de sa propre société que dans le monde.

En 1840, à la suite de la guerre de l’opium imposée à la Chine par les Anglais, une dizaine de puissances occidentales ont envahi le pays faisant de la Chine une société semi-coloniale et semi-féodale. Durant cette période les Chinois étaient appelés «les hommes malades de l’Asie» du fait de la misère dans laquelle ils végétaient.

Cette période révolue à jamais, «sauver le pays et faire renaître la nation» sont devenus le rêve de toute une vie pour de nombreux Chinois. Ils mèneront de longues et âpres luttes pour cette fin. La fondation du Parti Communiste Chinois (PCC) en 1921 a constitué un tournant décisif sur la voie de la réalisation du rêve de la nation chinoise.

Sous la direction du PCC, le peuple chinois a enregistré des victoires qui ont abouties à l’indépendance et à la libération nationales. Le peuple Chinois a retrouvé la vie et la voie vers sa prospérité et sa renaissance, celle du socialisme aux caractéristiques chinoises. La Chine a accomplis des progrès historiques faisant entrer le socialisme aux caractéristiques chinoises dans une nouvelle ère, l’ère du miracle chinois.

Aujourd’hui, la Chine est la deuxième économie mondiale, le plus grand pays industriel avec un PIB d’environ 14 700 milliards de dollars (13 230 milliards d’euros), représentant plus de 16% du total mondial et contribuant jusqu’à 35% à la croissance économique du monde. Aujourd’hui plus qu’à un autre moment de son histoire, le peuple chinois a confiance en sa capacité à réaliser le «rêve chinois du renouveau national».

En parlant du rêve chinois (zhong guo meng) certains esprits sont tentés de faire la comparaison avec le rêve américain (American dream). Une telle comparaison serait simpliste. Le rêve américain a été savamment cultivé par Hollywood et les politiciens américains pour étendre l’image et l’influence des USA dans le monde. Le rêve américain est un mythe construit sur «la conquête de l’Ouest (far West), l’image de l’aventurier créant sa propre vie sur «une terre vierge et la vague d’immigration de 1860 à 1920».

L’extermination des peuples autochtones, l’esclavage, la ségrégation raciale, le commerce d’esclaves noirs africains ont largement contribué à faire des USA la première puissance mondiale. Aux USA, le rêve devient un objet de consommation alimenté pour l’essentiel par la richesse créée par l’exploitation les noirs dans les champs de maïs, d’arachide, l’industrie automobile et le cinéma d’Hollywood.

Les hommes politiques américains font référence à cette richesse pour encenser leur gestion du pays et présenter les USA comme un «eldorado» pour tous. Le rêve américain est à la fois «une construction historique, un outil de propagande politique, un pourvoyeur d’imaginaire et une formidable manière de créer le consensus. Vous n’êtes pas satisfait de la réalité des États-Unis ? Il vous reste toujours le rêve d’Amérique…».

Le «rêve» (I have a dream) de Martin Luther King en 1963, véritable mise en accusation du système ségrégationniste américain, est exclu du rêve américain. Les revendications de Martin Luther King, son combat contre le racisme et la pauvreté sont ignorés. D’autres figures noires marquantes de la lutte pour les droits civiques comme Malcolm X, Angela Devis, Mohamed Ali sont rejetées du prétendu consensus social américain. Les USA se présentent comme une nation exceptionnelle, «la seule nation indispensable» au monde.

Les caractéristiques essentielles du rêve chinois (la paix, le développement partagé, la coopération gagnant-gagnant, la recherche du bonheur du peuple chinois, mais aussi de celui des autres peuples du monde, le renouveau de la nation) sont des caractéristiques humanistes que partagent la Chine et l’Afrique, deux berceaux de brillantes civilisations multimillénaires qui ont toujours mis l’homme au cœur de toutes les préoccupations.

Pour tout savoir des relations entre la Chine et l’Afrique

Les civilisations chinoise et africaine ont marqué l’histoire de l’humanité par leur savoir et leur savoir-faire, leur humanisme non par la barbarie, l’extermination, la domination ou l’exploitation d’autres peuples. Le rêve chinois est partagé par les peuples africains qui expriment le leur dans la vision 2063 de l’Union africaine et les sept aspirations. Avec ces aspirations, les peuples africains manifestent leur désir de prospérité partagée et de bien-être.

La vision de l’Union africaine est de construire «une Afrique prospère, en paix, gérée par ses propres citoyens et représentant une force dynamique dans l’arène internationale». Les peuples africains auront un haut niveau de vie, la santé et le bien-être. L’Afrique sera «un participant actif et égal dans les affaires mondiales, un moteur pour la coexistence pacifique et pleinement capable de financer son développement».

En créant le Forum sur la Coopération Sino-africaine (FCSA) en 2000 à Beijing, la grande famille Chine-Afrique s’est dotée de «sa propre plateforme de dialogue et son propre mécanisme de coopération pragmatique», incomparable instrument de partage de leurs rêves. Le FOCAC a produit des résultats concrets qui ont porté, les relations sino-africaines du niveau de «partenariat de type nouveau à celui de partenariat stratégique de type nouveau puis au niveau de partenariat de coopération stratégique global».

Chaque Sommet du Forum a mis en place des mesures de coopération spécifiques. Les succès des Sommets de Johannesburg 2015 et de Beijing 2018 ont contribué à promouvoir le développement en Afrique tout en injectant une énergie positive dans le monde. Beijing 2018 a ancré la coopération Sino-africaine dans la construction d’un avenir prospère pour les peuples Chinois et Africains.

Le «Sommet extraordinaire Sino-africain sur la Solidarité contre le COVID-19» tenu à Beijing en juin 2020 a démontré la productivité du FCSA et marqué la solidarité agissante de la Chine envers les peuples Africains.

A cette occasion le Président Xi Jinping a déclaré que «la Chine continuera à faire tout son possible pour soutenir la réponse de l’Afrique au Covid-19, à accorder une plus grande priorité à la coopération dans les domaines de la santé publique, de la réouverture des entreprises et du bien-être des populations…».

En accordant sa première visite officielle à l’étranger au continent Africain au début de 2021, le Ministre des Affaires Étrangères Chinois Wang Yi a manifesté la fidélité de la Chine à son engagement initial auprès de l’Afrique.

Le sommet du FOCAC qui se tiendra en décembre prochain à Dakar procédera sans nul doute à l’adoption de stratégies nouvelles en faveur des stratégies de développement de l’Afrique et le bonheur des peuples africains et chinois.

L’esprit du «rêve chinois» et du rêve des peuples africains est un esprit de paix, de développement partagé que la Chine et l’Afrique doivent entretenir. Cet esprit prend ses racines dans l’histoire, notamment les agressions des puissances occidentales. Les peuples Africains et Chinois gagneraient à œuvrer solidairement dans la voie de la réalisation de leurs rêves pour «la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide».

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :