Alors que les Douanes viennent d’annonce la baisse des exportations et des importations, cette fois-ci ce sont les réserves de changes qui ont chuté face au dollar et aux fuites de capitaux.

Les réserves de devises étrangères ont chuté de presque 46 milliards de dollars (41,9 milliards d’euros) en octobre, selon la Banque Populaire de Chine, qui explique que face à un dollar renchéri, les fuites de capitaux se sont faites plus importantes, obligeant Beijing à intervenir sur le marché.

La Chine détient les réserves les plus importantes au monde, mais depuis plusieurs mois, celles-ci fondent, passant à quelque 4’000 milliards de dollars (3’640 milliards d’euros) en 2014, à 3’120 milliards de dollars (2’839 milliards d’euros) fin octobre 2016.

Cette fois-ci, les réserves sont arrivées à leur plus bas niveau depuis 2011. Pour les experts de Capital Economics, cité par l’AFP, la valorisation de ces réserves pâtit des effets de changes et du récent renforcement du dollar, diminuant de fait la valeur de la partie des réserves constituée d’autres monnaies.

Or certains économistes estiment que cette baisse est « surtout le signe que la banque centrale intensifie ses interventions sur le marché, en rachetant des yuans avec ses dollars pour renforcer le cours vacillant de la monnaie chinoise« .

Le yuan fluctue face au dollar dans une fourchette de 2% autour d’un cours-pivot fixé par la Banque centrale, ce qui lui permet de ne pas subir les pressions du marchés et les fluctuations du billet vert.

« Le yuan se précipitait en octobre vers la barre des 6,8 yuans pour un dollar, ce qui a pu inciter la PBOC à vendre encore davantage (de dollars) pour stabiliser le marché« , a souligné Gao Qi, analystes de Scotiabank, cité par Bloomberg.

En un an et demi, les entreprises et les particuliers ont fait sortir presque 1’000 milliards de dollars (900 milliards d’euros).  Celles-ci devraient perdurer car l’appréciation du dollar et les perspectives de hausses des taux imminentes aux Etats-Unis encouragent les fortunes chinoises à transférer leurs fonds vers des placements plus rémunérateurs à l’étranger.

« Ces fuites de capitaux vont continuer, inévitablement. L’unique question est de savoir à quelle vitesse, et cela dépend de l’évolution du dollar« , a assuré Gao Qi.