De nombreuses entreprises taïwanaises se tournent vers les pays d’Asie du Sud et du Sud-Est pour tirer parti de la restructuration des chaînes d’approvisionnement

La Nouvelle Politique en direction du Sud est une initiative du gouvernement taïwanais qui vise les dix membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), six pays d’Asie du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Cette politique vise à réduire l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’économie taïwanaise, a estimé le ministère de l’économie, à Taipei. Ce dernier a indiqué qu’actuellement, cette initiative va demeurer une pierre angulaire des efforts visant à intégrer davantage Taïwan à cette région.

Les exportations à destination des pays ciblés par la Nouvelle Politique en direction du Sud ont ralenti en raison de la baisse de la demande causée par le coronavirus.

Pour le ministère, cette baisse est moins prononcée à Taïwan qu’au Japon et en Corée du Sud, pays ayant conclu des accords de libre-échange avec l’ASEAN en 2005 et 2008, respectivement.

Ainsi, au cours des cinq premiers mois de l’année, les exportations taïwanaises vers les pays visés par la Nouvelle Politique en direction du Sud ont baissé de 5,1% par rapport à la même période en 2019. Dans le même temps, les exportations japonaises vers ces pays ont reculé de 12,3% et celles de la Corée du Sud de 13,8%, selon le ministère de l’économie.

La Nouvelle Politique en direction du Sud met aussi Taïwan en bonne position pour tirer parti de la restructuration des chaînes d’approvisionnement, accélérée par le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, et qui profite à des pays comme la Thaïlande et le Vietnam, a expliqué le ministère.

Cela se traduit notamment par un accueil très favorable de ces pays aux investissements étrangers dans le secteur manufacturier, a ajouté le ministère.