Un ancien membre de l’agence de renseignement et de la police fédérale américaines a été inculpé à Hawaï d’espionnage au profit de la Chine. Ce dernier aurait transmis des documents confidentiels et les noms d’informateurs aux chinois.

L’acte d’accusation rendu public par le ministère américain de la Justice indique qu’Andrew Yuk Ching Ma avait été approché en 2019 par un agent américain qui a prétendu travailler pour les services secrets chinois et à qui il a transmis des informations en échange d’argent,

Andrew Yuk Ching Ma a été arrêté le 14 août. Âgé de 67 ans, il est né à Hong Kong et a été naturalisé américain. Il a travaillé entre 1982 et 1989 à la CIA où il avait une accréditation secret-défense.

Un membre de sa famille a également travaillé pour le renseignement américain de 1967 à 1983. L’homme, qui souffre de troubles cognitifs, n’est pas poursuivi en raison de son âge (85 ans) et de son état de santé.

Les deux hommes auraient fourni dès 2001 des détails sur les systèmes de communication de la CIA, ses activités sur le terrain et divulgué les noms d’informateurs aux services secrets chinois, selon la justice américaine.

Les preuves misent en avant sont images vidéo récupérées par le FBI, sur lesquelles on voit les deux hommes rencontrer des agents chinois qui leur remettent 50.000 dollars.

Après avoir quitté la CIA, Andrew Yuk Ching Ma a vécu à Shanghaï avant de s’installer à Hawaï en 2001. Il a été embauché en 2004 par la division locale du FBI, où il aurait continué ses activités d’espionnage pendant une dizaine d’année. Le ministère de la Justice n’a pas donné de détail sur ce qu’il avait fait après cette période et jusqu’en 2019.

Cette affaire est la dernière d’une campagne lancée par la justice américaine, afin de chasser les agents doubles après l’effondrement soudain du réseau de la CIA en Chine entre 2010 et 2012.

Lire aussi : Deux ex-agents secrets soupçonnés de trahison au profit de la Chine

En 2019, deux anciens agents de la CIA et un de l’agence du renseignement militaire ont été condamnés à des peines de 10 à 20 ans de prison pour espionnage au profit de Pékin.