Peter Kagwanja, directeur exécutif de l’Institut de politique africaine basé à Nairobi, dans un commentaire publié dans le journal Nation, s’est une posé : « le dialogue et l’harmonisation sont-ils au sein et entre les civilisations possibles dans notre ordre international anarchique post-libéral? »

Ce dernier explique que « c’est dans ce contexte qu’une conférence récente: ‘Échanges d’approfondissement et apprentissage mutuel entre les civilisations chinoises et africaines’, organisé conjointement par l’Union africaine et l’Institut China-Afrique de Beijing (CAI) le 9 avril, a rejeté le choc des civilisations thèse ».

Peter Kagwanja a expliqué que les participants ont exploré lors de cette conférence de nouvelles frontières dans la promotion du dialogue des civilisations à stimuler le développement partagé de l’ère post-Covid.

De la civilisation chinoise vient le dicton : « Un voyage de mille kilomètres commence par un seul pas ». Et d’Afrique vient la sagesse : « Si tu veux marcher vite, marche seul. Mais si vous voulez marcher loin, marchez ensemble », a écrit l’expert kenyan.

Au XXIe siècle, la Chine et l’Afrique ont décidé de marcher loin et ensemble. Les deux civilisations ont embrassé la trinité de la « coopération mutuelle », du « partenariat égal » et de la « solidarité » pour étayer leurs relations dans notre ordre international post-libéral turbulent, a écrit ce dernier.

Les relations sino-africaines s’appuient désormais sur la longue histoire des échanges entre les deux civilisations. (…) Après une longue histoire de conquêtes extérieures, d’occupation, d’exploitation et d’humiliation, les civilisations chinoise et africaine ont redessiné et recréé l’ancienne route de la soie comme une nouvelle autoroute du dialogue et des échanges inter-civilisationnels à l’ère de la mondialisation.

En 2000, l’Afrique et la Chine ont lancé le Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) en tant que premier forum politique. Aujourd’hui, plus de 47 États membres de l’Union africaine participent à l’Initiative la Ceinture et la Route (BRI) lancée en 2013. Le FOCAC et l’Initiative La Ceinture et la Route forment désormais le double moteur de la coopération au développement entre les deux civilisations, selon le directeur exécutif de l’Institut de politique africaine.

La pandémie de Covid-19 a posé à la fois un défi et une opportunité pour les relations sino-africaines. L’Afrique a apporté son soutien et son assistance à la Chine pour lutter contre la pandémie. À l’inverse, lorsque le Covid-19 a frappé l’Afrique, la Chine et ses organisations caritatives telles que les Fondations Jack Ma et Ali Baba ont envoyé un soutien pour aider le continent à contenir la pandémie.

Dans le cadre de la stratégie de relance post-Covid de la Chine, le président Xi Jinping a dévoilé en 2021 l’Initiative de développement mondial (GDI) comme nouveau cadre de la Chine pour fournir des biens publics mondiaux. À l’échelle mondiale, l’Initiative de développement mondial de la Chine aidera la communauté mondiale et les Nations Unies à atteindre les objectifs de développement durable de 2030, a indiqué le professeur.

Lire aussi : La Chine prévoit neuf programmes avec les pays africains

Selon lui, l’initiative contribuera à inverser les effets dévastateurs de Covid-19 sur le développement, en particulier dans les pays en développement. Il s’attaquera également à la dégradation de l’environnement et au changement climatique, favorisera la relance verte et harmonisera le développement et l’environnement naturel pour réaliser le rêve d’une civilisation écologique.

En Afrique, en janvier 2022, le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a lancé l’« Initiative de développement pacifique dans la Corne de l’Afrique ». Cette mesure fournit un nouveau cadre reliant la promotion de la paix et le développement dans la région turbulente de la Corne de l’Afrique où les guerres civiles, le terrorisme, les maladies et les effets du changement climatique ont fait des ravages sur le développement et créé la pauvreté.

Le professeur Peter Kagwanja est un ancien conseiller du gouvernement et actuellement directeur général de l’Africa Policy Institute. https://nation.africa/kenya/blogs-opinion/opinion/new-dialogue-between-china-and-africa-is-spurring-development-3777360