Les États-Unis ont renoncé pour un moment à menacer d’imposer de nouvelles taxes à l’importation de produits chinois, et les négociations vont reprendre.

Très attendue, la rencontre entre les présidents chinois Xi Jinping et américain Donald Trump a abouti ce 29 juin à une trêve dans la guerre commerciale entre Washington à Beijing.

«Nous n’allons pas ajouter» de tarifs douaniers, ni en supprimer, «au moins pour le moment», a précisé Donald Trump. Ce dernier a qualifié «d’excellent» son entretien de 80 minutes en marge du sommet du G20 à Osaka, au Japon.

Il a estimé que les relations de son pays avec la Chine étaient «de nouveau sur la bonne voie». L’agence de presse Xinhua a aussi annoncé que les États-Unis avaient renoncé à imposer des droits de douane supplémentaires sur les importations de produits chinois.

Avant leur rencontre, Donald Trump avait indiqué que les deux pays étaient prêts à signer un accord commercial qui serait «historique». «Nous étions très proches d’un accord, mais quelque chose s’est produit et les choses ont un peu patiné», a expliqué le président américain aux côtés de Xi Jinping.

De son côté, Xi Jinping a dit vouloir «avancer vers une relation sino-américaine fondée sur la coordination, la coopération et la stabilité».

Cette trêve était probable pour certains experts, mais surtout nécessaire pour la Chine, qui voit son économie ralentir à cause de cette guerre commerciale.

De son côté, Donald Trump, doit faire face à la perspective des élections de 2020, à la situation des fermiers américains, victimes des tensions bilatérales, et à la nervosité des marchés financiers.

Washington a relevé début mai les droits de douane prélevés sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. La Chine, a elle répliqué par des mesures de rétorsion.

Mais sans accord, Donald Trump menaçait de taxer 300 milliards de dollars de biens chinois supplémentaires, ce qui reviendrait à frapper de hausses tarifaires la quasi-totalité des importations chinoises annuelles aux États-Unis.

Cette pause dans le conflit ne signifie par la signature d’accord. Celui-ci devrait être évoquer à l’avenir, notamment lors des prochaines négociations. Pour certains experts, la situation ne s’est pas arrangée.

En effet, Xi Jinping et Donald Trump avaient déjà accepté de cesser les hostilités au G20 de novembre 2018 en Argentine, ce qui n’avait pas empêché les discussions de s’arrêter quelques mois plus tard.

Toutefois, les problèmes de fond restent toujours présents. Les États-Unis reprochent à la Chine des pratiques déloyales, comme les subventions aux entreprises publiques, des transferts «forcés» de technologie ou le «vol» de propriété intellectuel. Washington exige de Beijing des réformes «structurelles».